hensies

Edito : Bulletin communal décembre 2015.

Madame,

Mademoiselle,

Monsieur,

Encore une fois des terroristes islamistes ont lâchement exécuté des innocents chez nous. Parce que Paris c’est chez nous. C’est notre culture, notre mode de vie, notre démocratie, nos valeurs que ces fous attaquent. Je redoutais ça depuis longtemps et je crains que ce ne soit pas fini… Ils veulent que nous ayons peur de sortir, d’aller voir un match ou un concert, de sortir librement, ils veulent nous empêcher de vivre à notre façon tout simplement ! Nous ne devons pas tomber dans leur piège ! Il faut être ferme et commencer par éradiquer tous les foyers d’intégrisme islamique sur notre territoire en collaboration avec tous les musulmans qui ne demandent qu’à vivre en paix. Paris c’est la ville des lumières, le terrorisme ne les éteindra pas ! »  C’est par ces mots que j’ai réagi immédiatement aux attentats de paris sur les réseaux sociaux.

Il y a quelques semaines, dans un entretien paru dans le Vif, j’affirmais que la lutte contre le radicalisme islamique devait être une priorité absolue.  Après les attentats de Paris, cette déclaration est plus que jamais d’actualité.

A l’heure où j’écris ces lignes, le pays est toujours en alerte 3, ce qui correspond à une menace terroriste possible ou vraisemblable.  Pratiquement, cela signifie par exemple que nos policiers doivent porter un gilet pare balles et ne peuvent plus sortir seuls.  J’ai tout mis en œuvre pour rassurer au maximum les citoyens et les parents des enfants de nos écoles en particulier via une information permanente sur les réseaux sociaux et dans la presse.  J’ai voulu assurer une présence policière effective mais discrète à proximité des écoles, de manière à ne pas inquiéter inutilement les enfants.

Dans notre commune, aucun cas de départ ou de retour de djihadiste n’a heureusement été constaté.  Déjà après les attentats de Charlie Hebdo, j’ai demandé aux responsables des 2 mosquées présentes à Hensies d’être attentifs à tout signe de radicalisation et leur collaboration a été totale et spontanée.  Aujourd’hui beaucoup de musulmans craignent d’être stigmatisés par une partie de la population qui fait des raccourcis entre musulmans et intégristes.  L’immense majorité des musulmans n’a rien à voir avec le radicalisme de quelques fanatiques religieux.

Au niveau finances, la situation est de plus en plus compliquée pour toutes les communes du pays.  Les mauvaises nouvelles s’accumulent : l’Etat fédéral nous informe en fin d’année qu’il nous versera 300.000 euros de moins qu’annoncé en matière d’impôt sur les personnes physiques, la Région wallonne nous verse aussi 50.000 euros en moins dans le cadre du fond des communes… Sur un budget d’environ 7 millions d’euros, ce n’est pas un détail !  A ces diminutions de recettes s’ajoutent des augmentations de dépenses que nous n’avons pas décidées : par exemple, les frais d’incendie annuels sont passés en 10 ans de 50.000 à 300.000 euros et le nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (payé par le cpas financé par la commune) est passé d’une quarantaine à plus de 100 !

Malgré toutes ces contraintes dont nous ne sommes absolument pas responsables, nous parvenons à maitriser notre budget et nous sommes une des rares communes de la région à ne jamais avoir été mise sous tutelle financière de la région wallonne.  Par ailleurs, beaucoup de communes ont du licencier du personnel pour équilibrer leur budget.  En cette période de crise économique, nous avons voulu préserver l’emploi de tous nos ouvriers et employés communaux, nous leur avons seulement demandé de postposer de quelques semaines le paiement de la prime de fin d’année 2015.  Notre personnel a accepté de faire cet effort en faisant preuve d’un sens des responsabilités que je salue.

Ceci étant dit, nous ne pouvons pas non plus abandonner tous nos projets et cesser d’organiser des activités pour la population sous prétexte que notre budget est plus difficile à boucler.  C’est ainsi que pour la future crèche communale, nous avons finalisé un plan financier qui permet de concrétiser ce beau projet sans incidences nouvelles pour nos finances.  En effet, pour la construction nous recevrons 1.060.000 euros de subsides de la Région wallonne et 300.000 euros de l’IDEA.   Pour le personnel nous recevrons les subsides de l’ONE et nous transférerons du personnel déjà employé dans d’autres services.   Et enfin, nous réduirons nos frais énergétiques en plaçant des panneaux photovoltaïques et en isolant au mieux notre bâtiment.

Dans un autre registre, l’organisation de notre marché de Noël a également nécessité beaucoup de créativité de la part de mon équipe.  Pour la première fois, une patinoire sera installée sur la place de Thulin !  Certains vous diront peut être : « la commune n’a plus d’argent et on en dépense encore pour une patinoire »… C’est faux ! En réalité, il faut environ 4.000 euros pour installer la patinoire  mais nous recevrons 3.000 euros de subside de la part de la région wallonne pour cette initiative et nous demanderons 3 euros d’entrée.  En d’autres termes, à partir de 330 entrées ce qui est très vraisemblable pour 3 jours d’activité, l’opération sera neutre financièrement pour la commune !  Nous avons également décidé d’acheter des chalets plutôt que de les louer chaque année, opération qui nous permettra de rentabiliser l’achat sur environ 4 ans.

Comme annoncé précédemment, j’irai avec mon équipe à la rencontre des citoyens en portes à portes chaque vendredi durant plusieurs mois.  Il est essentiel pour moi de recueillir l’avis d’un maximum de citoyens sur la gestion actuelle de la commune et sur les attentes pour le futur.

Enfin, n’hésitez jamais à me contacter sur mon gsm au 0476 / 55 35 27 ou à m’envoyer un e-mail : eric.thiebaut@skynet.be. Si vous souhaitez me rencontrer, je vous invite à téléphoner au 065/76 73 60 : ma collaboratrice vous fixera rapidement un rendez-vous avec moi.

Je vous souhaite à toutes et à tous de passer d’excellentes fêtes de fin d’année.

Eric THIEBAUT

Député-Bourgmestre

hensies dialogue

Lutte contre le terrorisme : Dialogue avec la communauté musulmane de Hensies

Ce lundi 16 novembre, j’ai réuni les responsables des mosquées de la commune avec mon Commissaire pour les appeler à un maximum de collaboration dans la lutte contre le radicalisme et le terrorisme.

Dans un climat tendu où les amalgames n’épargnent pas la communauté musulmane, j’ ai rappelé que le dialogue était primordial.

Nous avons deux mosquées ici à Hensies, l’une turcophone et l’autre arabophone, il est donc important de réagir à la suite des attentats de Paris . Nous avons tenu à rencontrer les responsables de deux mosquées le plus rapidement possible après les attentats afin de rappeler qu’une collaboration avec la police est primordiale. Si un cas de radicalisation devait être repéré, ils doivent avertir les autorités compétentes .

J’ai également souhaité saluer le bon dialogue qui s’est installé entre tous les intervenants.  Nous avions déjà procédé de la sorte après les attentats de Charlie Hebdo. Je sais que les responsables de mosquées resteront attentifs .

12241496_663679110436199_5058619753099298832_n

Mon discours à l’occasion de l’Armistice.

Monsieur le Maire, Messieurs les Adjoints au Maire,

Mesdames et Messieurs les Echevins, les conseillers communaux et du CPAS,

Mesdames et Messieurs les Enseignants,

Mesdames et Messieurs les musiciens,

Mesdames, Messieurs, chacun en vos titres et qualités,

Chers enfants,

Depuis des décennies les habitants de notre commune ont toujours été très attachés à la commémoration de l’anniversaire de la fin de la première guerre mondiale.

Traditionnellement c’est aussi pour nous l’occasion de rendre hommage aux 23 soldats français tombés à Thulin en 1940 lors des premières confrontations avec l’envahisseur allemand. Je remercie le Maire de Saint Aybert et ses adjoints de partager avec nous ce devoir de mémoire.

Je remercie aussi tout particulièrement les enseignants et les enfants de nos écoles pour leur présence et leur contribution à cette cérémonie du souvenir.

Le devoir de mémoire est essentiel, il doit se transmettre de génération en génération. Depuis 9 h ce matin j’ai rappelé les noms des victimes des 2 guerres inscrits sur tous les monuments des 4 villages de notre entité. Ce geste simple et symbolique est une marque de respect pour celles et ceux qui ont donné leur vie pour défendre nos libertés. Notre devoir est de veiller à ce qu’ils ne tombent jamais dans l’oubli.

Les 2 guerres furent sources de grandes souffrances pour nos populations : des jeunes hommes séparés de leur famille pour aller combattre, des pères, des fils dont certains ne sont pas revenus, dont certains ont été prisonniers en Allemagne durant plusieurs années… L’évacuation pour des centaines de milliers de Belges, et puis l’occupation la privation pour les enfants, la peur des bombardements…

Ces guerres ont poussés des hommes à accomplir parfois des actes d’une incroyable bravoure, mais aussi hélas souvent d’une incroyable cruauté.

Pour nous évidemment, tout cela paraît bien lointain, tout cela paraît irréel et les images que nous en avons sont celles de films ou de documentaires à la télévision.

Mais malheureusement, pour des millions de personnes dans le monde la guerre est une réalité quotidienne. Beaucoup sont forcés de fuir les persécutions qu’ils subissent chez eux, comme l’on fait 2 millions de Belges en 1940.

Aujourd’hui, nous savons que l’Europe est confrontée à l’arrivée d’un nombre inhabituel de candidats réfugiés. Nous avons tous en tête les images de migrants entassés dans des embarcations par des passeurs sans scrupules. Nous savons que des milliers sont morts noyés en Méditerranée. Et je suis certain que vous gardez tous en mémoire le souvenir de ce peltit garçon syrien échoué sur une plage touristique de Turquie.

Les Syriens sont coincés entre un dictateur qui n’hésite pas à faire massacrer son propre peuple et les terroristes de l’état islamique. Dans ces conditions un quart des habitants du pays ont pris la fuite. C’est plus de 4 millions de Syriens qui sont partis, dont 2 millions sont en Turquie.

La Belgique est évidemment sollicitée comme tous ses voisins européens.

Et je crois qu’il est du devoir de toutes les communes de notre pays de participer à l’accueil des gens qui fuient la guerre. Chacun doit le faire en fonction de sa taille et de ses moyens. Les états européens ont décidé d’accepter un nombre de réfugiés équivalent à 1 pour 1000 européens. Notre Cpas s’est inscrit dans cette logique.

C’est ainsi que nous comptons parmi nous 4 Syriens depuis juin dernier.

Ils ont accepté de participer à cette cérémonie du 11 novembre 2015 et leur présence aujourd’hui nous rappelle combien la paix est un bien très précieux qu’il faut protéger. Elle nous rappelle notre chance de vivre dans un pays prospère. Elle nous démontre aussi combien certains clichés et à priori répandus dans l’opinion publique sont ridicules. Non ce ne sont pas des terroristes, non ils ne sont pas dangereux et non ils ne viennent pas chez nous juste pour profiter de notre protection sociale. Dans leur cas ce sont des ingénieur, architecte et avocat qui sont ici depuis 3 mois sans que personne n’ai pratiquement remarqué leur présence…

Mesdames, Messieurs,

On a tendance trop souvent à l’oublier, mais la construction européenne a permis à la plupart d’entre nous de ne pas connaitre de guerre depuis notre naissance, alors même que certaines générations passées ont subit deux guerres mondiales en 30 ans !

Mais l’Europe est à un tournant de son histoire. Il faut bien avouer que les autorités européennes peinent à résoudre par exemple la crise des migrants. Nous vivons aussi dans une Europe qui prône des politiques d’austérité et engendre le dumping social.

De nombreux peuples sont tentés par le repli identitaire, les nationalismes progressent… Et la situation économique actuelle dans certains pays évoque pour moi celle de l’Allemagne des années 30 qui a vu l’ascension du nazisme.

Il convient donc de rester vigilant et se souvenir des paroles de John Kennedy :

« Ne nous reposons pas sur nos acquis, mais efforçons-nous de construire la paix, de vouloir que la paix soit dans le coeur et dans l’esprit de chacun »

Je vous remercie pour votre attention.

Eric THIEBAUT, Bourgmestre de Hensies

 

Digital Camera

Bulletin communal de Hensies – Mon édito de mars 2015 !

Madame,

Mademoiselle,

Monsieur,

En décembre dernier, comme promis, la commune a organisé un marché de Noël pour la première fois sur la place de Thulin.  J’ai eu de très bons échos sur cette initiative et nous la renouvellerons en 2015 avec plus d’ampleur !  Je peux d’ores et déjà vous annoncer que notre deuxième marché de Noël aura lieu vers la mi-décembre de manière à ne pas subir la concurrence des organisations avoisinantes.  Je sais que certains souhaiteraient que le marché se déplace dans d’autres villages de l’entité, mais ,objectivement, la place de Thulin reste l’endroit idéal pour ce genre d’organisation.

Comme annoncé également, vous serez prochainement invités à participer à l’une de nos quatre réunions de lancement du Partenariat Local de Prévention. A cette occasion, le Chef de corps de la police des Hauts-Pays vous présentera en détail l’initiative et surtout comment vous pouvez y participer.

Il y a quelques jours, nous avons reçu la décision du Gouvernement wallon de nous accorder un subside de 1.067.000 euros pour la construction de notre future crèche communale. Cette somme ne financera pas le projet à 100 % , mais nous pourrons compter sur un financement de l’Idea pour le solde. En effet, la commune peut bénéficier d’une partie du fruit de la vente réalisée, il y a quelques années, du câble d’Ideatel à Tecteo. Nous pourrons donc construire cette nouvelle crèche de 36 places pratiquement sans apport de fonds propres communaux. Pour son exploitation future, nous envisageons de nous affilier à l’intercommunale Irsia qui est spécialisée dans le secteur.

Avec le retour des beaux jours, les besoins en entretien de nos espaces publics et des abords de nos routes augmentent. Afin d’y subvenir cette année, nous allons employer des travailleurs en ALE. Ce système nous permettra de renforcer notre service des travaux, en particulier en été, période durant laquelle d’une part les mauvaises herbes poussent et d’autre part la moitié de nos ouvriers prennent logiquement leurs congés. Par ailleurs, je suis toujours étonné de la quantité de déchets que nos hommes doivent ramasser le long de nos voiries. Sans un effort des citoyens à ce niveau, il nous est impossible de maintenir l’espace public parfaitement propre !

Au niveau culturel, 2015 est une année exceptionnelle pour Mons et toute sa région.  On parlait de Mons2015 capitale européenne de la culture depuis 10 ans, maintenant nous y sommes ! Je crois au bien-fondé de cet événement susceptible de dynamiser notre région qui en a tant besoin.  Les retombées économiques seront au rendez-vous. Quand Lille a été capitale européenne de la culture en 2004, chaque euro investi dans la culture a rapporté 6 euros à la ville et à sa région !  Et 10 ans plus tard, Lille bénéficie toujours de l’élan créé en 2004.

Notre commune participera à l’événement puisque le samedi 20 juin sera réservé dans la programmation à une manifestation que nous organiserons avec l’ensemble des acteurs locaux. Le thème proposé est « Hensies village du monde ». Il nous fallait un lieu pour cet événement : nous avons choisi la ferme de Catherine et Jean-Pierre Bériot à Montroeul. Ceux-ci accueillent chaque année la célèbre fête du 19ème sur un site symbolique du caractère rural de notre entité adapté à recevoir plusieurs milliers de personnes. Il nous fallait aussi un thème : la multiculturalité était incontournable au regard de la présence des communautés qui vivent à Hensies. Et enfin, il nous fallait un fil conducteur et nous avons choisi la musique. Le 20 juin prochain, le spectateur pourra donc découvrir à Montroeul les danses et musiques des différentes communautés hensitoises mais également plus globalement leur culture et leur gastronomie.  Un spectacle coordonné par l’école de musique Amadeus, au cours duquel les enfants de nos écoles chanteront, clôturera cette journée. Si vous souhaitez vous impliquer d’une manière ou d’une autre dans cette aventure, n’hésitez pas à nous le faire savoir !

Je terminerai en félicitant l’association des commerçants de Thulin qui a organisé avec succès la 18ème édition de la foire aux vins. Cette manifestation est devenue un rendez-vous incontournable pour tous les amateurs de la région

Enfin, n’hésitez jamais à me contacter sur mon gsm au 0476 / 55 35 27 ou à m’envoyer un e-mail : eric.thiebaut@skynet.be. Si vous souhaitez me rencontrer, je vous invite à téléphoner au 065/76 73 60 : ma collaboratrice vous fixera rapidement un rendez-vous avec moi.

eric

Eric Thiébaut fait le point sur plusieurs dossiers importants pour Mons-Borinage – Interview.

Dans une récente interview publiée au journal La Province ce 9 mars 2015, Eric Thiébaut fait le point sur plusieurs dossiers importants pour Mons-Borinage.

Il est notamment revenu sur la gestion chaotique du nouveau plan de transport de la SNCB et le mécontentement légitime des navetteurs de la région. Parmi les thèmes abordés, également : la suppression du Thalys sur la dorsale wallonne, la liaison ferroviaire entre Valenciennes et Quiévrain, l’arrivée potentielle du groupe français Hiolle Industrie dans le Borinage ou encore les prochaines éléctions à la présidence de la fédération PS de Mons-Borinage . Extraits :

Sur le plan de transport de la SNCB :

Pour Eric Thiébaut, “ la Ministre MR de la Mobilité aurait dû avoir la sagesse de prendre le temps d’étudier le dossier plutôt que de se lancer précipitemment comme elle l’a fait et se tromper dans les chiffres. Pour notre région, le nouveau plan de transport est catastrophique et tous les échos que j’ai des navetteurs sont hyper négatifs. Je suis allé à la réunion qu’elle a organisée à Jurbise pour les navetteurs. Des personnes de la SNCB y ont expliqué pourquoi ça n’allait pas, de manière convaincante, certes, mais maintenant les navetteurs attendent une disparition des dysfonctionnements. Il faut à présent des solutions. Les gens sont en train de péter les plombs ! “

Sur le Thalys :

Là je suis aussi très critique à l’égard de la ministre car je crois qu’il ne faut pas lâcher”. “Elle fait fausse route” selon Eric Thiébaut. “ Elle dit qu’il n’y a que 40 personnes qui montent dans le Thalys chaque jour à Mons, mais au bout de l’année, il y a 140 000 personnes qui prennent ce Thalys sur la dorsale wallonne. Ce n’est pas rien ! “.

Sur la ligne ferroviaire Valenciennes-Quiévrain :

Eric Thiébaut va proposer à la ministre Jacqueline Galant d’avoir une visite en France et de rencontrer les opérateurs industriels qui sont intéressés par la réouverture de la ligne pour le fret. “Celle-ci est également importante pour les belges. Il s’agit d’une opportunnité essentielle par rapport aux possibilités de relance industrielle qu’elle peut apporter, côté belge vers Quiévrain, Boussu, Saint-Ghislain et Mons. Le problème est que la ligne a été électrifiée mais pas du côté français. De ce côté de la frontière, la ligne traverse des sites industriels comme celui de Toyota, ou de Bombardier à Crespin. Eux sont intéressés de pouvoir remonter en train vers la Belgique”.

L’attente est égalment forte du côté belge” selon Eric Thiébaut. “ Lors d’une réunion organisée à Valenciennes, des responsables du port d’Anvers sont venus demander un maximum de connexions entre la france et la Belgique. Les intérêts sont nationaux sur cette ligne. Moi j’y vois aussi un attrait pour des sites qui sont sous-exploités comme celui de la gare de Saint-Ghislain, où on a des possibilités terribles de développement.”

Sur le souhait du groupe français Hiolle Industries de s’implanter dans le Borinage:

Eric Thiébaut proposera à la ministre Galant de rencontrer les responsables de l’entreprise prochainement ainsi que d’autres protagonistes français. “ Les dirigeants de Hiolle sont ambitieux et veulent venir chez nous le plus vite possible, c’est plutôt bon signe. Il s’agit là d’une belle opportunité à saisir avec la création de 70 emplois à la clé !”

Sur l’absence de grosses entreprises à Hensies :

Il existe une zone de 28 hectares mais elle est propriété privée pour l’instant. L’IDEA est en négociation pour le rachat de ce terrain. La SPAQUE a reçu 1,8 millions pour le dépolluer”. Eric Thiébaut souligne que “ ce terrain est idéalement situé car proche de l’autoroute et du canal qui sera ouvert à la circulation fluviale avant 2020.”

Sur les dossiers prioritaires au niveau communal en 2015 :

Nous avons racheté deux salles qu’on va restaurer: une à Montroeul et l’ancienne Maison du Peuple à Hensies” indique le député-bourgmestre. “ On veut en faire des salles culturelles parce-qu’, actuellement, on doit utiliser les salles de gym de nos écoles pour les manifestations culturelles. Ce n’est pas l’idéal. On voudrait relancer des activités pour les ainés, des concerts, …et donner la possibilité à la population d’organiser des événements familiaux.”

Sur un nouveau mandat à la présidence de la fédération PS de Mons-Borinage :

Je vais voir en fonction de ce que je peux encore apporter. Il faut venir avec un programme solide, je suis en train d’y réfléchir” indique Eric Thiébaut.

De nouvelles élections sont prévues en mai 2015. On peut dire que la communication a été améliorée dans notre fédération au cours de ces dernières années: nous avons par exemple plus de 3000 abonnés à notre newsletter. En plus de milliers d’articles. Sur 5 ans, j’ai eu 3 élections à coordonner ( 2010, 2012, 2014). Le rôle de la fédération c’est aussi d’organiser les élections. D’ici les prochaines prévues en 2018, on a trois ans pour retravailler sur l’interne du parti. Celui-ci doit redéfinir son projet de société. Bientôt le président Elio Di Rupo va lancer son chantier des idées, fin mars, c’est très important pour nous d’être un des moteurs de ce mouvement là. Le parti doit prendre le temps de redéfinir le projet de société qu’il veut proposer aux citoyens. Il doit le faire en s’appuyant sur les militants – 8000 à Mons-Borinage – et tous les partenaires qui veulent travailler avec nous ( syndicats, mutuelles, etc)”.

Eric Thiébaut souligne enfin la particularité d’avoir un président national issu de la même fédération et tout l’intérêt d’avoir une synergie avec Elio Di Rupo.

WAGON

Création d’emplois : Eric Thiébaut soutient l’implantation de Hiolle Industries à Mons-Borinage !

WAGONAvec 70 emplois à la clé, le député-bourgmestre de Hensies, Eric Thiébaut, a décidé de déployer toute son énergie pour encourager l’arrivée potentielle du groupe Hiolle Industries dans la région de Mons-Borinage.

Spécialisée dans la déconstruction ferroviaire, le désossage de voitures de chemin de fer et de métro, le groupe français avait pris les contacts avec son voisin «belge» pour lui faire part de sa volonté d’étendre son activité en s’implantant en Hainaut.

Ce mercredi 25 février, le projet a pris une tournure plus officielle en réunissant la direction de Hiolle Industries avec le président de l’intercommunale IDEA, Marc Barvais, sa directrice générale Caroline Decamps, et le député hensitois.

Pour Hiolle Industries, l’intention de s’implanter en Belgique ne laisse planer aucun doute.«Notre volonté est d’aller chez vous si possible déjà en 2015», a indiqué Xavier Bleu, chef de projet chez Nord Ferro, lequel a patiemment décortiqué depuis des mois les législations fédérale et régionale en matière d’environnement, très proches de la législation française.«Mais nous n’irons pas sans vision réelle des besoins de la SNCB.»

Pour Eric Thiébaut, c’est l’un des enjeux de ce projet. Il veillera donc à mettre toute en oeuvre pour faciliter les contacts nécessaires avec la direction de la SNCB ainsi qu’avec la Ministre Jacqueline Galant en charge de la Société nationale des chemins de fer.

À cet égard, le député a déjà récemment questionné la Ministre sur la quantité de matériel désaffecté entreposé sur notre territoire. « La SNCB possède actuellement environ 100 véhicules divers – locomotives et voitures à détruire – qui seront progressivement éliminés.» a-t-elle notamment répondu.

La réunion de travail de ce mercredi avec l’IDEA a aussi permis d’évaluer les besoins d’Hiolle Industries pour venir s’implanter à Mons-Borinage.

«Il faut trouver un bâtiment existant de 2.000 m², a précisé Jean-Michel Hiolle, éloigné des habitations et proche d’une voie ferrée. La présence d’une voie fluviale n’est pas nécessaire. Au niveau de l’emploi, sachant qu’il faut six personnes pour désamianter une voiture, six pour le dégarnissage, et six autres pour diverses opérations, et que nous tablons sur 200 wagons par an, cela représenterait 70 emplois à moyen terme

Un message relayé par Eric Thiébaut et qui a été reçu avec la plus grande attention par les représentants de l’intercommunale de dévellopement économique et d’aménagement du territoire de Mons-Borinage.