Création d’emplois : Eric Thiébaut soutient l’implantation de Hiolle Industries à Mons-Borinage !

WAGONAvec 70 emplois à la clé, le député-bourgmestre de Hensies, Eric Thiébaut, a décidé de déployer toute son énergie pour encourager l’arrivée potentielle du groupe Hiolle Industries dans la région de Mons-Borinage.

Spécialisée dans la déconstruction ferroviaire, le désossage de voitures de chemin de fer et de métro, le groupe français avait pris les contacts avec son voisin «belge» pour lui faire part de sa volonté d’étendre son activité en s’implantant en Hainaut.

Ce mercredi 25 février, le projet a pris une tournure plus officielle en réunissant la direction de Hiolle Industries avec le président de l’intercommunale IDEA, Marc Barvais, sa directrice générale Caroline Decamps, et le député hensitois.

Pour Hiolle Industries, l’intention de s’implanter en Belgique ne laisse planer aucun doute.«Notre volonté est d’aller chez vous si possible déjà en 2015», a indiqué Xavier Bleu, chef de projet chez Nord Ferro, lequel a patiemment décortiqué depuis des mois les législations fédérale et régionale en matière d’environnement, très proches de la législation française.«Mais nous n’irons pas sans vision réelle des besoins de la SNCB.»

Pour Eric Thiébaut, c’est l’un des enjeux de ce projet. Il veillera donc à mettre toute en oeuvre pour faciliter les contacts nécessaires avec la direction de la SNCB ainsi qu’avec la Ministre Jacqueline Galant en charge de la Société nationale des chemins de fer.

À cet égard, le député a déjà récemment questionné la Ministre sur la quantité de matériel désaffecté entreposé sur notre territoire. « La SNCB possède actuellement environ 100 véhicules divers – locomotives et voitures à détruire – qui seront progressivement éliminés.» a-t-elle notamment répondu.

La réunion de travail de ce mercredi avec l’IDEA a aussi permis d’évaluer les besoins d’Hiolle Industries pour venir s’implanter à Mons-Borinage.

«Il faut trouver un bâtiment existant de 2.000 m², a précisé Jean-Michel Hiolle, éloigné des habitations et proche d’une voie ferrée. La présence d’une voie fluviale n’est pas nécessaire. Au niveau de l’emploi, sachant qu’il faut six personnes pour désamianter une voiture, six pour le dégarnissage, et six autres pour diverses opérations, et que nous tablons sur 200 wagons par an, cela représenterait 70 emplois à moyen terme

Un message relayé par Eric Thiébaut et qui a été reçu avec la plus grande attention par les représentants de l’intercommunale de dévellopement économique et d’aménagement du territoire de Mons-Borinage.

Charlie Hebdo: Eric Thiébaut a rencontré la communauté musulmane d’Hensies.

Ce vendredi 16 janvier, j’ai rencontré les musulmans de ma commune suite aux attentats de Paris et aux incidents de Verviers. Je pense qu’il est important d’avoir un dialogue permanent dans le contexte actuel.

Je les ai invité à collaborer avec les autorités pour éloigner tout risque de radicalisation chez nous. Je souhaite que ma commune reste un lieu exemplaire de coexistence entre les communautés de culture et de religion différente.

Si des réactions islamophobes risquaient de se développer, tout doit être mis en oeuvre pour lutter contre cela, avec l’aide des musulmans eux-mêmes. « Moi je suis laïque, mais on a des valeurs communes. Je serai là pour empêcher qu’on pointe du doigt les musulmans de mon entité», leur ai-je notamment répété.

Découvrez le reportage de TéléMB en cliquant le lien ci-dessous:

vidéo Rencontre entre Eric Thiébaut et la communauté turque à Hensies.

 

 

Mes voeux au personnel communal de Hensies : discours.

Monsieur le Maire, Messieurs les Adjoints au Maire, Chers Collègues,

Messieurs les Bourgmestres, Mesdames et Messieurs les Echevins, les Conseillers communaux et du CPAS,

Mesdames, Messieurs, chacun en vos titres et qualités,

Nous voici à l’aube d’une nouvelle année, c’est traditionnellement le moment de dresser des bilans et d’annoncer des projets futurs.

Difficile d’abord de ne pas évoquer avec vous les tragiques évènements de Paris. Nous avons tous été choqués la semaine dernière en découvrant l’horreur des attentats perpétrés. Nous avons été choqués parce que des hommes et des femmes ont été lâchement exécutés en laissant leurs familles dans une immense tristesse. Nous avons été choqués ausssi parce que c’est à des valeurs essentielles à nos yeux que ces fanatiques se sont attaqués : la liberté d’expression, la liberté de la presse, la liberté tout simplement… Des hommes ont donc tué d’autres hommes parce qu’ils avaient publié des dessins qui ne leur plaisaient pas… et ils l’ont fait au nom de Dieu !

La mobilisation d’hier, qui a rassemblé en France près de 3,7 millions de citoyens contre le terrorisme, démontre à quel point les gens sont touchés et qu’ils attentent des réponses concrètes à leurs inquiétudes.

Ce drame fait resurgir des problèmes de société auxquels l’ensemble des décideurs politiques doivent apporter des solutions : la garantie de la sécurité dans une société de plus en plus violente, la lutte contre l’intégrisme islamique et aussi l’avenir du vivre ensemble entre les différentes communautés et religions qui cohabitent sur le sol européen.

Rien n’est simple dans ces domaines et il n’y a pas qu’à… Dix belges partiraient chaque mois pour rejoindre les djihadistes en Syrie ou en Irak. Ils seraient 350 en tout pour l’instant… Vous imaginez le risque potentiel que ces gens représentent quand on voit les dégâts causés par seulement 3 fous à Paris.

Je peux en tout cas vous assurer que la pression politique à la Chambre sur le sujet est énorme ! Et je ne manquerai pas d’interroger régulièrement le Ministre de l’Intérieur sur l’avancement de ce dossier.

Ceci étant dit, je reviens sur notre belle commune tranquille et, en particulier, sur le bilan de l’année écoulée.

La fin de l’année fut riche en événements. Pour la première fois, nous avons organisé un marché de Noël sur la place de Thulin. J’ai eu de très bons échos sur cette initiative et nous la renouvellerons en 2015 avec plus d’ampleur ! Je peux d’ores et déjà vous annoncer que notre deuxième marché de Noël aura lieu vers la mi-décembre, de manière à ne pas subir la concurrence des organisations avoisinantes. Je sais que certains souhaiteraient que le marché se déplace dans d’autres villages de l’entité, mais objectivement la place de Thulin reste l’endroit idéal pour ce genre d’organisation.

2014 marquait aussi l’anniversaire du début de la première guerre mondiale. A cette occasion, le Collège a voulu que les traditionnelles commémorations du 11 novembre aient un retentissement particulier. L’exposition réalisée par les enfants et les enseignants de nos écoles a remporté un énorme succès ! Et je félicite encore une fois tous ceux qui y ont contribué. Nous avons beaucoup de chance d’avoir un enseignement communal de qualité (n’est-ce pas Yvane ?). Et cela nous le devons à nos équipes éducatives ! La réputation de nos implantations scolaires est reconnue bien au-delà des frontières communales.

Nous avons également créé un conseil consultatif des aînés. Un conseil très actif qui a déjà établi un riche programme d’activités pour les aînés de l’entité !

L’été dernier, l’espace multisports à Hainin a ouvert ses portes à la grande satisfaction de Daniel, notre Echevin des Travaux, qui s’est beaucoup battu pour obtenir les subsides nécessaires à sa réalisation.

Au niveau du logement, BHP a construit à Hensies 24 très beaux nouveaux logements dont 16 logements moyens qui peuvent être loués à des jeunes couples qui ne sont pas dans les conditions d’attribution du logement social.

J’en viens maintenant à l’année qui commence et à nos nouveaux projets.

Un des gros défis pour 2015 est la maîtrise de notre budget. Les finances publiques vont mal et tous les niveaux de pouvoir sont touchés depuis les conséquences de la crise financière de 2008.

Nos recettes stagnent alors que nos dépenses augmentent chaque année. Dans notre budget, il y a quatre catégories de dépenses : le personnel, la charge de la dette, les frais de fonctionnement et les transferts.

Notre dette est en diminution.  Nous allons cette année stabiliser nos frais de personnel et tenter de diminuer nos frais de fonctionnement. Mais malheureusement, nous ne pouvons maîtriser l’augmentation des frais de transfert tels que la dotation à la zone de police et aux services incendie… et la dotation au CPAS qui doit faire face à une explosion des demandes en aide sociale et aux exclusions du chômage.

Tout cela nous impose la plus grande rigueur dans la gestion de nos finances et, pour cela, je fais confiance au travail de notre Echevine des Finances ainsi que de nos Directrices générale et financière.

2015 c’est aussi une année exceptionnelle pour Mons et toute sa région. On parlait de Mons2015 capitale européenne de la culture depuis 10 ans, maintenant nous y sommes !

Je crois au bien-fondé de cet événement susceptible de dynamiser notre région qui en a tant besoin. Les retombées économiques seront au rendez-vous. Quand Lille a été capitale européenne de la culture en 2004, chaque euro investi dans la culture a rapporté 6 euros à la ville et à sa région ! Et 10 ans plus tard, Lille bénéficie toujours de l’élan créé en 2004.

Mercredi passé dans cette salle, des responsables de la Fondation Mons2015 sont venus présenter le programme riche et varié qui sera proposé tout au long de cette année.

Notre commune participera à l’événement puisque le samedi 20 juin sera réservé dans la programmation à une manifestation que nous organiserons avec l’ensemble des acteurs locaux.

Le thème proposé est « Hensies village du monde ».

Il nous fallait un lieu pour cet événement : nous avons choisi la ferme de Catherine et Jean-Pierre Bériot à Montroeul qui accueille chaque année la célèbre fête du 19ème, un site symbolique du caractère rural de notre entité et qui est adapté à l’accueil de plusieurs centaines de personnes.

Il nous fallait aussi un thème : la multi culturalité était incontournable au regard de la présence des communautés qui vivent à Hensies.

Et enfin, il nous fallait un fil conducteur et nous avons choisi la musique.

Le 20 juin prochain, le spectateur pourra donc découvrir à Montroeul les danses et musiques des différentes communautés hensitoises mais également plus globalement leur culture et leur gastronomie. Un spectacle coordonné par l’école de musique Amadeus, au cours duquel les enfants de nos écoles chanteront, clôturera cette journée.

En matière culturelle, nous manquons d’outils dans une petite commune comme la nôtre. C’est une des raisons pour lesquelles nous avons décidé d’acquérir le salon de l’amitié à Montroeul et l’ancienne Maison du Peuple de Hensies.

Nous sommes maintenant propriétaires de la petite salle à Montroeul qui ne nous a pas couté cher mais qui nécessite des travaux. Nous commencerons cette année par le remplacement de la toiture. Pour ces opérations, la commune fera appel à l’équipe de notre curé qui a démontré tout son savoir-faire dans la restauration de trois de nos quatre églises.

Nous ferons de même pour la rénovation de la salle Justin Godon à Hensies. Et, par ailleurs, l’ancien café sera transformé en bibliothèque et quatre appartements financés par le fonds du logement seront construits à l’étage.

Une salle de Maison du Peuple rénovée par un curé… Ca ne pouvait arriver qu’à Hensies !

J’espère donc, qu’au terme de la législature communale, nous disposerons de deux salles fonctionnelles qui pourront accueillir des évènements culturels et festifs.

Pour terminer, je souhaite rappeler que la sécurité est une priorité absolue des autorités communales. Nous avons beaucoup investi dans ce domaine : nous comptons 5 agents de quartier sur l’entité, nous avons installé des caméras de surveillance à des endroits stratégiques et nous avons permis le renforcement de notre service d’intervention en augmentant notre dotation à la Zone de Police (638.000 euros/an).

Nous pouvons difficilement faire plus en matière de présence policière sur le terrain. Ceci dit, il existe un moyen d’augmenter la sécurité de nos quartiers en faisant appel à la vigilance des riverains. C’est pourquoi nous lancerons en janvier un Partenariat Local de Prévention (PLP) dans chacun de nos 4 villages. Il s’agit d’un accord de collaboration entre les citoyens et la police locale au sein des divers quartiers. Les acteurs du projet sont les citoyens, un coordinateur communal et la police locale. L’objectif est d’accroître le sentiment de sécurité général du citoyen et de propager l’importance de la prévention. Une communication permanente est ainsi organisée entre les citoyens membres et la police. Il sera par exemple possible qu’un citoyen prévienne tous les partenaires de la présence d’un véhicule suspect dans le quartier via l’envoi d’un sms.

Mesdames et Messieurs, chers Amis,

Voilà, j’entame avec vous ma quatorzième année de mayorat !

J’ai la chance de pouvoir compter sur un Collège de qualité sur qui je peux compter avec Yvane, Norma, Daniel, Eric et Christian.

Quant à vous qui travaillez au quotidien dans nos administrations, j’ai appris à vous connaître et quelle que soit la fonction que vous exercez, que vous soyez agent administratif, enseignant, policier, ouvrier, travailleur social, femme de charge, ou encore que vous occupiez un poste de direction…, vous êtes tous importants, votre travail à tous contribue au bon fonctionnement et à l’image de la commune d’Hensies.

Je souhaite une bonne retraite à Sylvain, merci pour tout le précieux travail qu’il a réalisé chez nous !

Et à vous tous, au nom du Collège, je vous souhaite une excellente année 2015 ainsi qu’à vos proches !

Eric THIEBAUT, Bourgmestre de Hensies

Le projet d’Eric Thiébaut pour Mons-Borinage – Interview .

Dans une récente interview au journal La Province, Eric Thiébaut a présenté son projet  politique pour Mons-Borinage et a fait part de sa vision pour l’avenir de la région. Plusieurs thèmes ont été abordés : Mons 2015, la Task Force, le développement économique, la formation,  l’évocation d’un « Plan Marshall borain » ou encore la lutte contre les incivilités au niveau communal.  Extraits :

Sur Mons 2015 :

« Mons 2015 est une chance, une opportunité pour toute la région. Mais à un an de l’échéance, si de bonnes choses sont lancées comme événements d’ampleur, on voit beaucoup moins avancer l’implication de la population. Or, c’est ce qu’on ne doit surtout pas râter ! Là il y a du travail à faire ! L’objectif est d’attirer du monde chez nous. L’impulsion donnée au monde culturel ne doit pas tomber après Mons 2015 ».

« Il n’est pas trop tard pour les possibilités de collaborations avec les communes. Le « Grand 8 » (8 semaines de fêtes dans le Grand Mons), voilà typiquement un événement qui peut être transposé aux autres communes de Mons-Borinage ! J’imagine très bien faire la même chose avec les associations des différents quartiers de ma commune, et obtenir le label Mons 2015 »

« Hensies, Quiévrain et Honnelles se sont associées aux 6 communes françaises limitrophes pour définir un « projet de territoire . Nous voulons monter un spectacle sur Moneuse, le célèbre bandit du 18è siècle. Le spectacle devrait être monté à Montroeul-sur-Haine, à Audregnies et à Montignies-sur-Roc. Le monde associatif sera impliqué : figurants, réalisation des costumes,.. »

« Mons 2015 doit aussi montrer que la région Mons-Borinage peut unir ses forces autour d’un projet fédérateur. Pour moi, c’est une sorte de projet pilote pour d’autres réalisations, dans le domaine économique. »

Sur un « Plan Marshall  Borain » :

« Le plan Marshall en Wallonie donne de bons résultats. Mais j’ai l’impression qu’il en faudrait un par région. On n’a pas les mêmes besoins à Mons-Borinage qu’à Wavre ou à Arlon ! Les pouvoirs locaux doivent jouer un plus grand rôle, sans compter sur une action externe. Etablissons pour notre région un plan de relance appuyé sur toutes les communes, la province, les intercommunales et les acteurs privés qui voudront s’impliquer. En tant que président de la fédération du PS, je peux donner une impulsion, mais je pense qu’une telle initiative doit transcender les partis politiques »

Sur la formation :

« La formation doit constituer la priorité de ce plan Marshall pour Mons-Borinage ! Il faut réunir tous les acteurs de la formation autour d’une table. Chaque semaine, une dizaine de personnes viennent me solliciter pour un emploi. Mais ces gens ne sont pas formés à un métier. Je m’entends dire : «  Je veux travailler à la commune ». Je demande : « et que veux-tu faire  ?Et là c’est l’étonnement ! Il est là le problème ! Aujourd’hui, un électricien ou un maçon, il a du travail ! C’est pourquoi, j’oriente certaines personnes qui viennent me solliciter vers des formations du Forem. C’est notre responsabilité politique de les guider, leur montrer un chemin. »

 Sur la « Task Force » :

« Nous réunissons tous les élus, de toutes tendances politiques, au bénéfice de l’ensemble de la région. Nous sommes allés voir le Ministre de la SNCB pour lui présenter nos doléances sur le plan d’investissements et nous nous sommes réunis récemment pour se mettre d’accord sur les dossiers à défendre. »

« La task force soutient des projets comme la réouverture de la ligne Valenciennes-Mons. Nous devons aussi lutter pour obtenir une entrée/sortie d’autoroute supplémentaire à Quaregnon. C’est très important pour soutenir l’activité économique et pour désengorger le viaduc de Saint-Ghislain ».

« On voudrait réunir les trois gros groupes hospitaliers de la région autour d’une table. Il faut trouver un terrain d’entente, pour le bien des patients comme du personnel. Qui fait quoi ? Par exemple, la chirurgie cardiaque : on ne peut pas la faire à trois endroits différents en même temps. On ne le pourra pas. D’ailleurs, ce ne sera jamais accepté par l’INAMI ! Il faut que chaque groupe hospitalier développe son domaine d’excellence. »

Sur la lutte contre les incivilités :

« Je vais inviter tous les bourgmestres socialistes à une réflexion sur la nouvelle loi sur les sanctions administratives. J’aimerais qu’on présente une position commune, notamment par l’instauration des prestations citoyennes. Par exemple : quelqu’un qui est pris en train de faire des tags. Il a le choix : soit il travaille 2 jours au nettoyage, soit il paie l’amende. C’est possible grâce à la nouvelle loi, mais c’est à chaque commune de décider si elle applique ou non cette disposition. »

« Autre point intéressant : aujourd’hui les communes peuvent décider de demander à ce que les amendes pour stationnement soient versées directement dans les caisses communales. Ce qui est non négligeable ! »

Eric Thiébaut souhaite qu’Hensies rejoigne l’IRSIA pour sa future crèche.

Le Bourgmestre d’Hensies, Eric Thiébaut, vient d’annoncer son souhait de voir sa commune rejoindre l’intercommunale IRSIA, dans le but de lui confier la gestion de la future crèche hensitoise.

Condition exprimée : que cela ne coûte pas plus cher à la commune que de s’en charger elle-même.

« La construction d’une crèche était annoncée dans notre projet de législature. Et tous les groupes politiques sont d’accord  là-dessus », dit le bourgmestre d’Hensies, Eric Thiébaut.

Les jeunes parents hensitois ne sont, en effet, pas gâtés. Pas la moindre crèche, ni privée ni publique ne sont présentes aujourd’hui sur le territoire de la commune, seulement quelques gardiennes. Ce qui est insuffisant.

Pour remédier à cette situation, la création d’une future crèche a vu le jour. L’emplacement de celle-ci est d’ailleurs déjà pressenti aux abords de la place de Thulin, l’un des villages de l’entité hensitoise qui attire le plus de nouvelles familles.” On pense qu’une crèche de 23 places serait remplie sans problème  », évalue Eric Thiébaut.

Mais la réalisation d’un tel projet demeure un long parcours. Il faut décrocher des subsides à la Région wallonne (pour les locaux) et à l’ONE (Fédération Wallonie – Bruxelles) pour le fonctionnement.

Dans un souci d’efficacité, le bourgmestre envisage ainsi l’affiliation de sa commune à l’IRSIA (intercommunale du réseau social d’insertion et d’accueil, l’ex-IOS), dont les crèches et l’accueil de la petite enfance sont une des principales activités.

«  J’ai moi-même testé les services de l’IRSIA puisque mon petit garçon, qui a maintenant 8 ans, est allé à la crèche gérée par l’IRSIA à Quiévrain. J’ai toujours été enchanté du service, et les parents de jeunes enfants me rapportent que toutes les crèches gérées par l’IRSIA offrent un très bon encadrement  », plaide Eric Thiébaut.

Alors, conclut-il, «  pourquoi ne pas s’affilier à l’IRSIA, pour autant bien sûr que le coût annuel de l’affiliation corresponde au coût de la crèche tel qu’estimé par mes services ? Après tout, l’accueil de la petite enfance, c’est leur métier. Et je crois que pour une petite commune comme la nôtre, la mutualisation des services administratifs et du personnel qu’offre une intercommunale sont intéressants. Pensons tout simplement au cas où une puéricultrice tombe malade. Dans une toute petite équipe, c’est un casse-tête.  »

Eric Thiébaut pense également au personnel de l’IRSIA : « il y a là  des travailleurs qui méritent qu’on leur fasse confiance et qu’on leur montre qu’ils ont un avenir  ».

Autant d’arguments qu’il convient de mettre en évidence, à l’heure où les services financiers de l’IRSIA et ceux de la commune entament leur première analyse des coûts.

Hensies est la deuxième commune la mieux égouttée sur les 13 entités de Mons Borinage.

Les résultats publiés récemment par le groupe Sud-presse, en collaboration avec l’IDEA, viennent de révéler que Hensies est la deuxième commune la mieux égouttée sur l’ensemble des 13 entités de Mons-Borinage.

Aujourd’hui, alors qu’un décret européen demande d’atteindre un taux de minimum 98 % d’égouttage collectif, Hensies fait partie des trois communes respectant déjà la norme européenne.

Entre Frameries et Quiévrain, Hensies arrive, en effet, en deuxième place avec 98,20% d’égouttage public. Pour le total entre l’égouttage géré par la commune et celui géré par l’IDEA, seulement 1.995 mètres de voiries n’y sont pas encore égouttées.

Il s’agit d’une information d’autant plus appréciable que l’enquête révèle que de nombreuses communes de Mons-Borinage sont encore à la traîne , faisant ainsi de Hensies un exemple à suivre en matière d’égouttage collectif