Au-delà des petites piques inutiles adressées vers les autorités locales (je laisserai pour une fois ma susceptibilité au vestiaire…), j’analyse plutôt favorablement cette prise de position attendue depuis quelques temps.  En effet, je trouve que les propos sont assez négatifs vis-à-vis du projet.

Cependant, il faudrait sans doute rappeler à Didier qu’une étude d’incidences très complète a été soumise à enquête publique.  La population et les autorités locales avaient donc un dossier très solide pour se prononcer, en dehors de tout syndrome de Nimby…

Par ailleurs, je ne vois pas pourquoi il faudrait encore mettre ce dossier au frigo durant une année.  Je ne crois pas que les motos seront beaucoup moins bruyantes l’an prochain !  Par contre, le fait de geler la destination des terrains touchés par la révision du plan secteur risque d’empêcher des entreprises de s’y installer !

Voici l’article en question :

Didier DONFUT a livré dans Le Soir son sentiment sur le dossier circuit-motos.  

DOUR – HENSIES / Didier Donfut, ministre PS, suggère un moratoire – Le circuit motos en sourdine

Article écrit par VALERY SAINTGHISLAIN le vendredi 29 février 2008 dans Le Soir,

Circuit de Dour. Le Framerisois Didier Donfut propose un an de réflexion. Le temps que les esprits se calment. Et que la Région objective.

Didier donfut est d’avis qu’il faut laisser le dossier reposer un an. Soit jusqu’après les régionales de 2009. Photo Stagiaire

ENTRETIEN

On va immanquablement causer du circuit de Dour lors du festival de la Moto de Mons qui se tient ce week-end au Lotto Mons Expo. Et pour cause : les organisateurs sont les promoteurs du projet et systématiquement, ils glissent un mot sur leur bébé à cette occasion. Ils pourront sans doute relater la prise de position originale de Didier Donfut. L’actuel président de la fédération PS de Mons-Borinage, également ministre régional de la Santé, n’enterre pas leur projet mais demande « sa mise entre parenthèses », le temps que les esprits s’apaisent et que la Région wallonne puisse jouer son rôle d’arbitre.

Votre avis sur ce projet ?

Je ne suis pas satisfait. Ce dossier n’est pas mûr. D’un côté, on a des promoteurs qui défendent leur idée sans amener d’éléments objectifs. Et de l’autre, des élus locaux happés par un phénomène « Nimby » (« Pas dans mon jardin », NDLR) qui ont tendance à répondre de manière rapide. Chacun y va de ses affirmations. Cela me met mal à l’aise.

Que suggérez-vous ?

Il serait opportun que dans des dossiers importants pour son développement comme celui-là, la Région reprenne la main. Elle a manqué d’implication jusque-là. Des ministres (la CDH Catherine Fonck, NDLR) se sont exprimés isolément, affirmant des nuisances tellement effrayantes que si elles étaient avérées, il faudrait vider la moitié des villes !

Vous dites donc qu’il faut laisser reposer ce dossier.

Quitte effectivement à l’interrompre momentanément ou à le déplacer. Aujourd’hui, je suis convaincu qu’il faut le retirer, le mettre entre parenthèses vu le peu de réponses d’un point de vue socio-économique et en terme d’enjeu stratégique pour la Wallonie.

Cette mise entre parenthèses prendrait quelle forme ?

Un moratoire d’un an, par exemple. Le temps d’objectiver les besoins pour de tels équipements en Wallonie. Si la Région estime que ce projet répond à un manque, qu’elle vienne l’expliquer.

N’est-ce pas au promoteur de prouver sa pertinence ?

Il ne sera jamais objectif, il aura toujours tendance à défendre son point de vue. Au même titre qu’un bourgmestre qui ne risquera pas de se mettre à dos la population locale.

On sent le projet à la croisée des chemins : ça passe ou ça casse…

Avouons-le, c’est le blocage complet. Mieux vaut dans ces conditions, arrêter les frais. Nous sommes dans une démocratie. Dès lors, il faut être transparent. Or, on n’a pas travaillé comme ça jusqu’ici. La seule issue est de reprendre de la hauteur. La Région wallonne a été le grand absent de ce dossier. Elle doit réaliser une analyse stratégique. Et si elle doit venir à terme avec des arguments favorables au projet, elle doit aussi apporter les réponses aux nuisances.

Un an, sera-ce suffisant ?

Il faut ça si on veut que les esprits se calment et que le dialogue entre élus locaux et régionaux puisse s’établir.

Les promoteurs ont manifesté le désir de dialoguer. Trop tard ?

Cela me paraît trop tard pour espérer rabibocher les différentes parties. Avec la même approche, on n’arrivera pas à réconcilier les différents acteurs.

Par rapport à la localisation, Dour reste-t-il un impératif ?

Je n’en fais pas une fixation. Personne n’est obsédé par Dour. Je suis persuadé que l’on pourrait trouver d’autres implantations en Wallonie, sauf s’il s’agit du meilleur endroit. Aujourd’hui, il faut sortir de cette guerre où chacun campe sur ses positions.

Le PS est très attentif à ce projet. Exact ?

Le PS défend tous les projets qui sont porteurs pour la Wallonie. Celui-ci peut en être un si on en objective les retombées.

Si c’était à refaire ?

On aurait dû stopper les promoteurs dans leur enthousiasme et faire mesurer les impacts positifs et négatifs au travers d’une étude objective. Là, il vaut mieux repartir de zéro.

9 réponses
  1. syl
    syl dit :

    Exactement, Eric : à croire qu’on veut empêcher notre région de se développer.
    Serions-nous les « laissés pour compte » de la région wallonne?

  2. Eric Thiébaut
    Eric Thiébaut dit :

    En tout cas, je vais tout faire pour que la proposition défendue par Dour et Hensies soit adoptée par le Gouvernement wallon !

  3. game
    game dit :

    Ca m’énerve que l’on transforme injustement une mobilisation responsable et citoyenne en soi-disant NIMBY [Not In My Back Yard (de l’anglais pas dans mon jardin) désignent de façon péjorative le combat d’associations de riverains créées pour défendre leur environnement local, sans tenir compte de l’intérêt général]. Ce n’était pas le cas ici ! Où est l’intérêt général dans ce projet mégalo mal ficelé ?? Heureusement que Eric a vu clair très vite et s’est fait l’écho de sa population. L’intérêt général aujourdh’ui c’est me semble-t-il de préserver le meilleur environnement possible pour les générations suivantes et la réelle création d’emplois en favorisant l’entreprise locale.
    Espérons que le sens des responsabilités des décideurs wallons sera à la hauteur de celle de notre bourgmestre.

  4. Amy Robolan
    Amy Robolan dit :

    Monsieur Donfut oublie que, plus le temps passe, plus on perd de temps pour les investisseurs intéressés par ces terrains. Et je ne parle pas de ce projet incongru de circuit motos, mais bien des PME suceptibles de venir, si on modifiait le plan de secteur selon la volonté des bourgmestres des communes concernées.Mettre tous ses oeufs dans le même panier en misant tout sur la moto, c’est du vent, de la bêtise, même. Par contre, rassembler sur ce grand terrain, un ensemble de PME de secteurs divers, c’est promoteur d’emplois, et également moins risqué qu’une seule grande entreprise .Un circuit, dans cette optique de diversité n’apporte absolument rien, sinon du bruit et de la pollution.Honteux quand on pense à l’état de notre planète et de la qualité de l’air!Encore attendre un an? Et finalement, recommencer tous les débats : dans dix ans, à ce rythme, on aura enterré la région

  5. Pascale
    Pascale dit :

    Bonjour!
    J’ai posté ma réaction sur cet article au mauvais endroit. (Réaction à la prise de position de C. Fonck) Ne me demandez pas comment mais Game veille et décèle toutes les anomalies. Je crois que j’ai aveuglément « suivi » « lefrontalierpedibus »….Donc si vous voulez savoir ce que je pense de ce fatras de démagogie et d’immobilisme, je vous renvoie à ce que j’ai écrit hier sous la rubrique de la « gentille » C. Fonck.
    Bon dimanche!

  6. ness
    ness dit :

    Bonsoir,
    Je suis contente de constater que la mobilisation reprend. En effet, le silence qui a suivi la fin de l’enquête publique était plus qu’inquiétant.
    D’après certaines sources montoises, l’étude économique existe. On ne nous en a montré que les conclusions mais d’autres arguments seront présentés à la région wallone (arguments auxquels nous ne seront plus en mesure de répondre). Cette technique aurait déjà été utilisée dans le dossier de l’hippodrome .
    Finalement, Monsieur Donfut joue au grand sage en suggérant de postposer la décision. C’est faire fi de la mobilisation citoyenne et bloquer des terrains qui pourraient servir à qqch de bien plus malin qu’un circuit motos.

  7. Pascale
    Pascale dit :

    Belle performance de politique politicienne que cet interview de Mr Donfut! Je me mets à la place des élus locaux méprisés et ramenés au rang de vulgaires girouettes dénuées de cervelle, prenant, selon D. Donfut, leurs décisions dans la précipitation!!!! On croit rêver! Voilà 4 ans que le projet est à l’ordre du jour!!! Si les hautes sphères du Gouvernement Wallon n’ont pas jugé utile de s’y intéresser sérieusement pendant tout ce temps, tant pis pour eux! La procédure légale est terminée! Ouh ouh! Il fallait se réveiller AVANT! Et cette désinvolture de la part d’un ministre de la SANTE face aux nuisances AVEREES dans l’étude d’incidence glace le sang. Vraiment il y en a qui s’y entendent pour faire perdre tout repère et toute confiance au citoyen lambda! Il n’y a pas à dire: un ministre de la santé qui se fout de la qualité de vie et, partant, de la santé de ses administrés n’est pas à sa place.
    Je sais: les élections régionales approchent et qu’il faut essayer de mettre un maximum de bâtons dans les roues des challengers potentiels susceptibles de faire de l’ombre aux Seigneurs bien implantés dans leur fief… comme souvent la politique politicienne prend le pas sur la raison et l’analyse. Nous déplorons tous les jours ce manque de vision au niveau fédéral! Inutile d’espérer qu’il en ira autrement au niveau régional. Mais de là à prendre TOUS les élus de Dour et de Hensies (+ les municipalités françaises) pour des cons lobotomisés en se faisant passer pour la voix de la raison et de la modération….. faut pas pousser bobonne!!!!! Nimby!? Et quoi encore? Nous sommes nombreux à nous être exprimés contre le circuit mais POUR des projets porteurs d’emploi! Alors, stop à la démagogie!
    Marre de ménager la chèvre et le chou, de saupoudrer des bonnes paroles à gauche et à droite, de donner des gages aux uns et le lendemain aux autres! La politique, c’est une VISION, un ENGAGEMENT, une ENERGIE individuelle au service de tous…..qui exige des prises de position courageuses (merci aux élus locaux!) et tranchées pour pouvoir AVANCER. Tourner la page et se lancer dans d’autres projets! Un moratoire!? Et puis quoi encore! On retombe dans le mal belge: nous décidons de ne pas décider! Et pendant ce temps-là, le chomage continue à gangréner notre population, le pouvoir d’achat diminue, l’environnement se dégrade… Bel exemple de civisme!
    Mais ne nous laissons surtout pas abattre! Jusqu’à nouvel ordre nous sommes en démocratie et nous devons mettre toute notre énergie à combattre l’immobilisme. Prendre la parole est déjà un acte citoyen!

  8. Pascale
    Pascale dit :

    Je vous invite tous à lire l’édito d’UCNM sur le site « uncircuitnonmerci ». Vous y trouverez des réactions éclairées et éclairantes aux dernières déclarations des promoteurs et des politiques impliqués dans la décision du GW.
    Pas de quoi s’étonner
    – les promoteurs se présentent comme des victimes et se plaignent de ne pas avoir été « INVITES » aux réunions PUBLIQUES de concertation (très drôle si cela ne témoignait d’une méconnaissance affolante des procédures et de la loi
    – certains journalistes sont particulièrement mal informés (voir aussi, dans la même veine, l’article de La Province sur le Foyer Hensitois). La feuille de chou flotte dans le brouet sensasionnaliste, rien de neuf…
    – les politiques se ménagent toutes les issues possibles. Ils pourront se présenter, au choix, comme des défenseurs acharnés et courageux d’un projet sauvagement rejeté par des riverains et des édiles locaux atteints du syndrome Nimby, soit endosser la panoplie du SuperWallon, sauveur du Borinage, contraint, la main sur le coeur, d’abandonner ce « courageux projet de circuit » au profit d’un autre projet plus grandiose susceptible d’apporter de l’emploi aux masses affamées. Gagnant à tous les coups. Ce qui compte, pour nous, édiles communaux et population réunis, c’est que ce projet ne se concrétise pas et qu’on le remplace par quelque chose de plus ambitieux et de plus cohérent par rapport aux besoins de notre région et de l’environnement. S’il faut pour cela laisser quelques coqs faire la roue… grand bien leur fasse 😉

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.