Le Bourgmestre d’Hensies, Eric Thiébaut, vient d’annoncer son souhait de voir sa commune rejoindre l’intercommunale IRSIA, dans le but de lui confier la gestion de la future crèche hensitoise.

Condition exprimée : que cela ne coûte pas plus cher à la commune que de s’en charger elle-même.

« La construction d’une crèche était annoncée dans notre projet de législature. Et tous les groupes politiques sont d’accord  là-dessus », dit le bourgmestre d’Hensies, Eric Thiébaut.

Les jeunes parents hensitois ne sont, en effet, pas gâtés. Pas la moindre crèche, ni privée ni publique ne sont présentes aujourd’hui sur le territoire de la commune, seulement quelques gardiennes. Ce qui est insuffisant.

Pour remédier à cette situation, la création d’une future crèche a vu le jour. L’emplacement de celle-ci est d’ailleurs déjà pressenti aux abords de la place de Thulin, l’un des villages de l’entité hensitoise qui attire le plus de nouvelles familles.” On pense qu’une crèche de 23 places serait remplie sans problème  », évalue Eric Thiébaut.

Mais la réalisation d’un tel projet demeure un long parcours. Il faut décrocher des subsides à la Région wallonne (pour les locaux) et à l’ONE (Fédération Wallonie – Bruxelles) pour le fonctionnement.

Dans un souci d’efficacité, le bourgmestre envisage ainsi l’affiliation de sa commune à l’IRSIA (intercommunale du réseau social d’insertion et d’accueil, l’ex-IOS), dont les crèches et l’accueil de la petite enfance sont une des principales activités.

«  J’ai moi-même testé les services de l’IRSIA puisque mon petit garçon, qui a maintenant 8 ans, est allé à la crèche gérée par l’IRSIA à Quiévrain. J’ai toujours été enchanté du service, et les parents de jeunes enfants me rapportent que toutes les crèches gérées par l’IRSIA offrent un très bon encadrement  », plaide Eric Thiébaut.

Alors, conclut-il, «  pourquoi ne pas s’affilier à l’IRSIA, pour autant bien sûr que le coût annuel de l’affiliation corresponde au coût de la crèche tel qu’estimé par mes services ? Après tout, l’accueil de la petite enfance, c’est leur métier. Et je crois que pour une petite commune comme la nôtre, la mutualisation des services administratifs et du personnel qu’offre une intercommunale sont intéressants. Pensons tout simplement au cas où une puéricultrice tombe malade. Dans une toute petite équipe, c’est un casse-tête.  »

Eric Thiébaut pense également au personnel de l’IRSIA : « il y a là  des travailleurs qui méritent qu’on leur fasse confiance et qu’on leur montre qu’ils ont un avenir  ».

Autant d’arguments qu’il convient de mettre en évidence, à l’heure où les services financiers de l’IRSIA et ceux de la commune entament leur première analyse des coûts.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.