Le député Eric Thiébaut a demandé l’avis de la Ministre de l’Intérieur sur l’initiative de la zone de police de Mons-Quévy qui, en collaboration avec l’asbl « 10 de conduite » et en accord avec le parquet de Mons, a mis en oeuvre une politique socio-pédagogique contre les petits excès de vitesse plutôt qu’une politique répressive directe.

Concrètement, dans les cas d’un excès de vitesse n’excédant pas 30 km/h et uniquement lors d’une première infraction, le contrevenant se voit offrir deux possibilités: soit il s’acquitte du montant de l’amende; soit il accepte l’alternative qui consiste à suivre une formation théorique consacrée à la conduite « préventive et citoyenne ».

Il s’agit d’une formation payante (au prix moins élevé que le montant de l’amende!) qui aborde les thèmes comme l’anticipation, la citoyenneté, le fair-play, la conduite respectueuse de l’autre et de l’environnement sans moralisme, ni photos choc. Une fois celle-ci suivie, la perception immédiate est alors archivée.

Le député a notamment voulu savoir si cette alternative connaissait un franc succès et si la ministre comptait l’encourager.

Dans sa réponse, cette dernière rappelle qu’Il appartient aux prérogatives du parquet local d’évaluer l’opportunité de ces alternatives pour sanctionner certaines infractions. En termes de chiffres, la Ministre estime que cette politique remporte un réel succès auprès des contrevenants. La zone de police de Mons-Quévy, pour la période du 1er mars 2012 (date de début de la mise en oeuvre de cette politique) au 30 septembre 2012 comptabilise: – 664 inscriptions à la formation sur 7.499 verbalisations; – 88 contrevenants inscrits et en attente de formation soit 13,25 %; – 507 contrevenants présents à la formation soit 76,35 %; – 46 contrevenants absents à la formation soit 6,92 %; – 23 contrevenants inscrits n’ayant pas suivi la formation – ils ont préféré payer la transaction (soit 3,46 %).

Pour le député Eric Thiébaut, le but d’une telle démarche est clairement pédagogique et permet d’agir en amont pour responsabiliser le conducteur en infraction. Il ne manquera pas d’interroger de nouveau la Ministre pour pouvoir disposer de chiffres plus récents et savoir si l’alternative proposée par la zone de police Mons-Quévy est un succès.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.