images-3

Retards répétés sur la ligne 96 ( Quévy-Mons-Bruxelles) : le Ministre de la Mobilité donne peu d’espoir aux navetteurs !

Ce mercredi à la Chambre j’attendais les explications du Ministre de la Mobilité en réponse à ma question parlementaire au sujet des retards trop fréquents dont les navetteurs sont victimes sur la ligne de trains 96 (Quévy – Mons – Bruxelles).

Loin de s’être améliorée avec l’adoption du dernier « Plan de Transport Adapté » de la SNCB, la situation ne fait en effet que se dégrader. Etant aussi navetteur, je comprends l’exaspération des usagers du rail.

En commission de l’Infrastructure de la Chambre, le Ministre a avancé trois causes pour expliquer la situation sur la ligne 96 : le chantier de la gare de Mons, les travaux sur une voie et l’augmentation de causes externes telles que la présence accrue de personnes sur les voies ou les actes de vandalisme.

Mais en ce qui concerne les mesures envisagées pour mettre fin aux retards, la seule vraie réponse donnée par le Ministre consiste en la désignation d’un « manager de ligne » opérationnel dès janvier 2017 !

La mission de ce dernier consistant en «un suivi spécifique des trains sur la ligne 96 et l’adoption de mesures spécifiques pour améliorer leur ponctualité »…

Je ne peux pas me satisfaire d’une telle réponse. Il s’agit d’une recette qui existe déjà. Selon toutes les informations recueillies sur le terrain, la situation actuelle est avant tout le fruit de coupures budgétaires de la part de ce gouvernement à l’égard de la SNCB et le désinvestissement continu dans l’entretien des lignes ferroviaires. Pour preuve, le nombre de trains en panne n’a jamais été aussi élevé !

J’attends maintenant du Ministre de la Mobilité qu’il propose des mesures concrètes qui amélioreront la ponctualité de cette ligne 96.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *