L’association MonMazoutMoinsCher et le CPAS de Quiévrain, se sont vus dernièrement signifier un refus généralisé de remise de prix de la part des fournisseurs de mazout.  Il semble que ce refus soit imposé par les dirigeants des sociétés de distribution.  J’interrogerai la Ministre de l’Economie lors de la prochaine commission sur ce sujet.

 

Question à Madame Sabine Laruelle, Ministre de l’Economie, sur le refus des fournisseurs de mazout d’accepter les commandes groupées.

Madame la Ministre,

Suite à la flambée extraordinaire des prix du mazout cet hiver, des habitants de la région de Mons Borinage avaient eu l’idée d’organiser des commandes groupées auprès de fournisseurs pour obtenir des prix plus avantageux.

Lancé en novembre dernier, le principe des commandes groupées avait permis, jusqu’ici, aux ménages qui en ont bénéficié, de réaliser une économie de l’ordre de 40 euros par commande de 500 litres livrés.

Fort de son succès, le principe de la commande groupée a fait tâche d’huile et plusieurs initiatives citoyennes ont vu le jour pour concrétiser des commandes de plus en plus importantes.

Malheureusement, aujourd’hui, alors que les fournisseurs s’étaient acquittés sans problème de leurs premières livraisons, ils ont refusé dernièrement d’enregistrer l’ensemble des commandes que plusieurs associations, tels que par exemple « Mon mazout moins cher » à Dour, leur avaient présentées.

Il semble d’ailleurs qu’un mot d’ordre ait été lancé et qu’une entente se soit installée entre les divers fournisseurs de la région puisque d’autres communes impliquées, comme Quiévrain à travers son CPAS, se sont vus tour à tour signifier un refus, et ce, sans explications convaincantes.

Face à la déception de nombreuses personnes ayant bénéficié de ristournes, la plupart d’entre elles étant démunies face à la flambée sans précédent des prix de l’énergie, on ne peut vraiment que regretter que les fournisseurs aient choisi d’agir de la sorte.

Lorsqu’une commune négocie, par exemple, une commande globale pour ses bâtiments administratifs, ses écoles, ses fabriques d’églises ou son CPAS, cela ne pose pas de problème et les fournisseurs potentiels se bousculent.

Dès lors, Madame la Ministre, mes questions sont les suivantes :

Estimez-vous normal que les fournisseurs de mazout refusent une légitime mise en concurrence à travers un refus de remettre un prix pour une demande de commande groupée ?

Croyez-vous que des solutions, législatives ou autres, peuvent être avancées pour que les commandes groupées plus avantageuses soient toujours possibles à l’avenir ?

1 réponse
  1. Xtophe
    Xtophe dit :

    Dans quelle mesure le refus fait à des demandes de type « Mon mazoutmoins… » ne va t-il pas s’étendre à des demandes « classiques » de citoyens qui passent commande groupée avec le beau-frère et le voisin ? N’y a t-il pas abus de position monopolistique ? Je suis très curieux de voir les « suites politiques » de ce dossier !

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.