En date du 25 juillet 2011 le groupe Sud Presse a publié un large article visant à rendre compte du bilan d’activités des députés fédéraux.

En page 3 de cette édition, figurait un podium sur lequel ma photo et mon nom trônaient de manière peu flatteuse, puisqu’il s’agissait d’un « flop » en matière de présence en séance plénière de la Chambre.  Le journal y faisait mention d’un taux de présence de 0 %.

Aux yeux des lecteurs, cette affirmation tendait à démontrer que je ne suis jamais présent lors des séances plénières de la Chambre et que je n’exerce pas correctement mes fonctions de parlementaires.

Il semble que le journal se soit contenté d’envoyer un journaliste pour vérifier la présence de députés à l’occasion de 3 séances de débats parlementaires alors que l’année législative recouvre près de 30 sessions. Cette méthode est, à mon sens, pour le moins très contestable et réductrice. Cela donne un reflet biaisé, voire tendancieux, de la réalité.

Par ailleurs, le rapport des relevés de présences pour la période du 01.09.2010 au 31.08.2011, transmis par le Secrétariat législatif de la Chambre des représentants, contredit totalement les conclusions avancées à mon égard dans le quotidien.

En effet, contrairement à ce qui a été publié, ce rapport officiel confirme que j’ai été présent à 87% des séances plénières convoquées depuis un an ! Faut-il préciser qu’il s’agit là d’une source incontestable qu’un journal d’information n’aurait dû en aucune manière négliger ?

Il est aussi cocasse de constater que je suis présent sur toutes les photos de l’hémicycle illustrant le reportage…

Au-delà de la participation aux séances plénières, un travail journalistique complet et rigoureux aurait dû tenir compte de la présence des députés en commissions. C’est au sein de ces dernières que l’essentiel de l’activité parlementaire se déroule et mon assiduité aux travaux menés notamment en commission de l’Intérieur est reconnue par chacun.

Nul n’est parfait, mais je me permets quand même d’inviter le groupe Sud Presse à faire preuve à l’avenir de plus d’objectivité et de rigueur dans la manière de juger du travail des parlementaires. Il y va de la crédibilité de ceux-ci… autant que de celle de la presse…

1 réponse
  1. Jean
    Jean dit :

    Le gros problème de la presse est son but d’informer ( trop ) rapidement sans analyser à fond le contenu de l’information.
    Cela m’oriente toujours à me poser la question après lecture de tout article :  » Ce que j’ai lu est-il la vérité vraie ? « 

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.