Les instances politiques et syndicales socialistes de Mons-Borinage soutiennent énergiquement la consolidation du pôle hainuyer d’enseignement supérieur.

La province de Hainaut est la plus peuplée de Wallonie avec un taux de chômage plus élevé et un revenu plus faible qu’ailleurs en Belgique.  L’enseignement supérieur, universitaire et hors université ; constitue un moteur incontournable dans le processus de reconversion économique voulu par le PS et la FGTB.

Dans ce contexte, le pôle hainuyer offre aux étudiants du Hainaut un enseignement supérieur et universitaire varié, de proximité et de qualité, en organisant près de 200 formations terminales dans les 7 villes hainuyères où il est présent à savoir  Ath, Charleroi, Mons, Morlanwelz, Mouscron, Saint-Ghislain et Tournai. Cette intégration de 200 formations sur 7 sites contribue à l’accessibilité et à la démocratisation de l’enseignement, prônée notamment par le gouvernement de la Communauté française. Ce pôle s’est construit sur notre histoire, avec la Faculté Warocqué, l’Ecole des Mines et l’Université du Travail à Charleroi notamment.

Nous soutenons la volonté du pôle hainuyer de privilégier le critère géographique et de s’appuyer sur les ressources humaines et les infrastructures présentes dans la zone dans un souci d’efficacité et de respect des identités particulières des institutions membres.

Le pôle rassemble 16.500 étudiants, encadrés par 2.500 membres du personnel.

Par ailleurs, nous ne comprenons pas les récentes critiques formulées dans divers médias à l’égard du pôle.  En effet, les membres du pôle :

  • ont créé un cadre souple, favorisant les partenariats volontaires entre les différentes institutions d’enseignement supérieur dans le respect de leurs spécificités, de leur fonctionnement et de leur public.  Nous savons que les académies ont leur raison d’être pour remplir les missions prévues par le décret “Bologne” mais une autre structure est nécessaire pour encadrer les rapprochements d’institutions de types différents.
  • encouragent le maintien des collaborations privilégiées avec l’ULB dans le cadre de partenariats entre pairs complémentaires, d’alliances horizontales sur pied d’égalité et de partage collaboratif gagnant-gagnant
  • ne souhaitent pas obtenir une université complète à Mons mais développer une offre de formation dans le cas où le besoin pour la région existe et en évitant les concurrences dans une même zone géographique.
  • souhaitent renforcer l’offre universitaire sur Charleroi, en collaboration avec l’ULB.

C’est donc avec cœur et raison que nous soutenons d’une part la dynamique commune du pôle hainuyer d’enseignement supérieur, et d’autre part la nécessité de préciser par voie décrétale le statut juridique du pôle en vue de conforter un partenariat aisé.

1 réponse
  1. Bernard
    Bernard dit :

    Quatre pôles ne permettraient pas d’atteindre une masse critique suffisante et cela diminuerait la visibilité internationale. Il ne faut pas toujours penser « régional ». Intégrer le pôle ULB pour une partie des univertsités montoises et l’UCL pour une, cela permet d’intégrer des universités de renommée internationale, tout en conservant l’attache régionale et le travail de proximité. Il n’y a pas d’antagonisme.

    Créer un pôle qui ne fournit pas le cursus universitaire complet, ce n’est pas très convaincant. Cela obligera l’étudiant à quitter le pôle montois et à intégrer un des 3 autres pôles (ou d’aller à l’étranger).

    Et même si votre argumentaire fait un peu de sens, il ne prouve pas en quoi l’intégration des universités montoises dans un des 3 pôles créés s’oppose à l’action de proximité menée. Les exemples de Hasselt à Diepenbeek, de l’ULB à Couillet, de la KULeuven à Kortrijk, du HUBrussel… montrent qu’il est possible de garder sa spécificité locale et d’intégrer une grosse université.

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.