Lors du débat précédant le vote du projet de loi visant l’optimalisation des services de police, le député Eric Thiébaut est intervenu en séance plénière de la Chambre pour souligner, une nouvelle fois, le rôle primordial de l’agent de proximité dans une politique de sécurité et de prévention réussie.

Alors que la réforme a pour objectif d’aboutir à une police plus simple, plus présente sur le terrain, davantage au service des zones, en collaboration renforcée avec les autorités judiciaires et administratives, retrouvez ci-dessous la position exprimée par Eric Thiébaut à ce sujet :

« Je ne peux que souligner l’importance, pour atteindre des résultats sur des fronts aussi divers que la violence contre les personnes, les discriminations, les incivilités, les assuétudes ou même la cybercriminalité, de la police de proximité, c’est-à-dire d’abord de la police locale dans notre structure intégrée à deux niveaux. Dans ces domaines, les approches préventives doivent être au cœur de toute stratégie ayant la moindre chance de succès. C’est bien le rôle de la police locale et c’est également l’esprit de l’accord de gouvernement.

En un mot, ce que je veux souligner encore une fois, c’est le rôle primordial de l’agent de proximité dans une politique de sécurité et de prévention réussie. Entendons-nous bien: dégager de la capacité opérationnelle est nécessaire mais n’entraîne pas automatiquement cette proximité. Pour ma part, j’irais même jusqu’à dire que, pour bien faire, il faut envisager la police fédérale comme étant au service de la police locale.

Pour que ce soutien soit efficace, il faut de facto envisager la manière d’associer étroitement les bourgmestres dans les processus de décision. Le risque était grand, dans le contexte de l’alignement de la réforme de la police sur celle du paysage judiciaire, de voir se créer, au niveau de l’arrondissement, une sorte de préfet de police à la française déconnecté des réalités locales que les bourgmestres connaissent mieux que personne.

Je me réjouis donc que le conseil des bourgmestres sera renforcé par le texte que nous votons aujourd’hui. Il ne s’agira plus d’un organe consultatif, mais d’un organe dont l’avis sera obligatoire. Je m’empresse d’ajouter que nous nous réjouissons de voir enfin aboutir le principe de la simplification des structures nationales, en particulier dans un contexte budgétaire très difficile ceci, afin de reporter les moyens ainsi libérés vers des missions de première ligne avec d’autant plus de poids que la loi sur la sécurité privée, que nous avons discutée il y a quelques  temps, externalise, malheureusement pour mon groupe, plusieurs missions vers le secteur privé.

Cette simplification répond, en quelque sorte, à la réforme du paysage judiciaire: moins d’arrondissements, donc une importante économie d’échelle, et un pas vers une harmonisation des politiques de sécurité et de prévention.

Au niveau central également, je vois des progrès en la matière. Le principe de direction transversale permettra de réduire le nombre de mandats, d’améliorer ce point crucial qu’est la circulation de l’information et de renforcer le bon fonctionnement de la chaîne de commandement en partant du comité de direction. C’est un enjeu majeur de la réforme.

Reste à s’assurer de la bonne application de cette réforme. Madame la ministre, mon groupe et le Parti Socialiste dans son ensemble seront attentifs à ce que celle-ci se fasse en bon ordre et au service des citoyens »

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.