Etant bourgmestre d’une entité rurale, j’ai l’occasion de côtoyer beaucoup d’agriculteurs depuis toujours.  J’ai appris à les connaître et à les apprécier.  La plupart d’entres-eux me témoignent d’ailleurs de la sympathie.  Ils font un métier très dur et ils ne comptent pas les heures qu’ils consacrent à leur activité.  Je crois que le plus astreignant est l’élevage, en particulier la production de lait.  Ces gens sont tout à fait dépendants du cycle de vie de leurs bêtes qui ne prennent jamais de vacance.

Lorsque j’ai rencontré les fermiers producteurs de lait qui manifestaient au poste frontière d’Hensies, j’ai bien senti que leur inquiétude était grande.  J’ai interpellé la Ministre Laruelle sur le sujet dès le lendemain, c’est mon rôle de Député.  Sa réponse était emprunte d’une certaine impuissance, renvoyant la balle vers les Régions et surtout vers les autorités européennes.

Et lorsque j’ai vu à la télé ces images terribles du lait épandu sur les champs et de fermiers qui pleuraient, j’ai ressenti un profond malaise.  J’étais partagé entre deux sentiments : d’une part, si ces gens en arrivaient là, c’est qu’ils étaient vraiment désespérés et, d’autre part, je trouvais le geste malheureux à l’heure où tant de gens meurent encore de faim.

Je me suis demandé comment je pouvais les aider efficacement à mon petit niveau communal.  J’en ai rencontré quelques-uns et nous avons eu l’idée de lancer une action de terrain très concrète.

L’opération se déroulera le vendredi 2 octobre prochain, dans les 3 communes rurales de Hensies, Quiévrain et Honnelles.  Les 3 bourgmestres ont proposé à toutes les écoles primaires de la zone d’organiser une visite des fermes productrices de lait.  Ce sont essentiellement les élèves de 3° et 4° primaires de la vingtaine d’écoles que nous comptons qui s’y rendront.  L’idée est de sensibiliser de manière massive les enfants et leurs parents à l’importance de l’agriculture dans nos communes, les conscientiser de la place qu’occupent encore cette activité dans tous les villages, faire prendre conscience de l’importance de garder un modèle d’agriculture familiale.  La journée se terminerait par une vente de produits locaux, afin de promotionner la vente directe à la ferme qui permet une meilleure rentabilité pour les producteurs.

Cette initiative permettra également aux enseignants concernés de bénéficier de ce formidable outil pédagogique que peut constituer pour les enfants une ferme en activité.

http://www.telemb.be/content/view/5226/166/

1 réponse
  1. Un petit Belge
    Un petit Belge dit :

    Il ne faut pas se voiler la face : seule la Commission Européenne peut faire quelque chose dans ce dossier. Mais toutes les actions de sensibilisation et de soutien aux agriculteurs sont les bienvenues.

    P.S. Monsieur, vous n’avez pas répondu à ma précédentre question sur le poste-frontière d’Hensies.

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.