Le député Eric Thiébaut a sensibilisé le gouvernement fédéral sur un phénomène qui touche de plus en plus de produits : « l’obsolescence programmée ». Celle-ci consiste en un stratagème par lequel un bien voit sa durée normative sciemment réduite dès sa conception, limitant ainsi sa durée d’usage pour des raisons de modèle économique.

Les entreprises sont, en effet, aujourd’hui, nombreuses à mettre en place des stratégies pour accélérer artificiellement l’obsolescence des produits, afin de favoriser leur renouvellement en raccourcissant délibérément leur durée de vie potentielle.

Conscient de cette situation, Eric Thiébaut a demandé au gouvernement de se pencher sur plusieurs propositions telles que : l’imposition de l’affichage de la durée de vie de ces produits sur leur emballage; l’obligation d’afficher des indications quant au caractère réparable des produits; ou encore l’adoption au niveau européen d’une directive de lutte contre l’obsolescence programmée.

En réponse, le Ministre de l’Economie a soulevé les points suivants :

« Au niveau belge, une garantie légale de 2 ans doit pouvoir être exercée soit par la réparation, soit par le remplacement du bien défectueux.

Pour lutter contre l’obsolescence programmée, il est irréaliste de prévoir des mesures nationales restrictives portant sur des produits circulant librement dans le marché unique. Les disparités entre les législations ou les mesures adoptées par les états membres peuvent engendrer des entraves au commerce et fausser la concurrence dans l’UE. Pour cette raison une approche européenne est nécessaire » selon le Ministre.

« Aujourd’hui, trop peu d’attention est donnée à la longueur du cycle de vie. L’absence du thème de l’obsolescence programmée dans la législation européenne a donné l’idée de communiquer sur ce sujet avec la Représentation belge auprès de l’UE. La Belgique a également soulevé cette problématique lors du Conseil européen consacré à la compétitivité, dans le cadre de la stratégie UE2020. D’ailleurs la représentation belge envisage d’aborder ce thème également dans le cadre de la révision de la directive 2012/19/EU (déchets d’équipements électriques et électroniques) ».

Le député Eric Thiébaut se réjouit de ces initiatives et encourage fortement le gouvernement fédéral belge à imposer le sujet de l’obsolescence programmée comme un des thèmes dans un futur plan fédéral développement durable ( PFDD )

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.