Ce matin, j’ai participé à la manifestation organisée à Mons par les syndicats pour le pouvoir d’achat.

Je m’y suis rendu en train et me suis fondu dans la foule particulièrement nombreuse, 15.000 personnes étaient présentes d’après moi. Je voulais prendre la température du mouvement et surtout écouter u maximum de témoignages de travailleurs.  Le malaise est profond, les gens ont de plus en plus de mal à nouer les 2 bouts.

 Et dire que sur les bancs du parlement fédéral, on passe la moitié de son temps à tenter de régler des problèmes communautaires alors que les attentes sociales de la population sont si énormes.  Je pense que l’augmentation du cout de l’énergie est un facteur déterminant dans la crise que traverse notre pays.  En effet, cette augmentation se répercute pratiquement sur le prix de tous nos produits de consommation ! De manière directe sur le carburant et l’électricité (le gasoil à la pompe a augmenté de 30 % en quelques mois) et de manière indirecte sur tous les autres produits.  En effet, tout ce que nous consommons nécessite une dépense énergétique.  Même les fruits et légumes peuvent s’en ressentir puisqu’il faut les transporter parfois sur de longues distances jusqu’à leur lieu de distribution.

Tôt ou tard, notre société devra se rendre compte que nos réserves énergétiques mondiales sont limitées et qu’il est urgent d’investir massivement dans la recherche de solutions alternatives.  Tout ce que j’ai lu sur le sujet confirme que nos réserves pétrolières sont limitées à quelques dizaines d’années, ce qui est très peu, ce qui ne représente même pas une génération ! 

Pour revenir à la manifestation de ce matin, je pense que les revendications sont justifiées et certainement possibles à satisfaire, à condition de pouvoir dégager une majorité politique claire pour le faire… Ce qui n’est pas évident dans un gouvernement où tellement de partis sont présents qu’il est impossible de satisfaire les attentes de toutes les catégories sociales qu’ils représentent.  J’espère simplement que toutes les manifestations organisées cette semaine dans le pays recentreront les débats politiques sur le socio économique et que l’on quittera un peu le débat institutionnel qui empoisonne vraiment notre société.

1 réponse
  1. max
    max dit :

    A mon sens,deux certitude doivent guider notre réflexion et dicter nos injonctions en direction de nos représentants politiques:
    * nos réserves en pétrole s’épuisent
    * l’agriculture a pour fin première de nourrir les hommes

    Si, par un coup de baguette magique, on doublait tous les salaires en Belgique on soulagerait certainement bien des misères mais les échéances réelles et dramatiques de la fin du pétrole et de la famine seraient toujours là!
    Cette hause du coût de la vie qui soulève les populations d’ Europe et d’ailleurs devrait nous amener à reconsidérer l’organisation de la production et de la circulation des biens:combien de denrées ne sont-elles pas produites ici traitées à des centaines de kilomètres, reconditionnées encore plus loin ,là où la main d’oeuvre est moins chère,avant de revenir dans nos grandes surfaces ?
    Ici des manifestations contre la vie chère, là des émeutes de la fin, dans ces pays où le soleil peut fournir assez d’énergie pour assurer la survie si pas le bien-être de la population et nous ,englués dans nos problèmes communautaires, aurons-nous le courage de renoncer au placebo pour nous engager sans compromis électoraliste dans le choix difficile mais inéluctable du développement durable?

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.