Séance Plénière du 19 juin 2008

Question d’actualité de M. Eric Thiébaut au vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur sur « le malaise général dans la police »

Eric Thiébaut (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, depuis un moment déjà, le temps n’est plus au beau fixe pour les services de police. Le temps n’est plus au ciel bleu azur, des nuages sont apparus et, maintenant, je pense que nous sommes carrément dans l’orage.

Il y a d’abord eu les craintes exprimées par le Comité P à propos du manque de personnel des services de police qui engendrerait une incapacité à pouvoir agir suffisamment rapidement dans des situations de crise. Depuis la mi-janvier, on constate des tensions entre les partenaires sociaux, suite au dépôt d’un cahier de revendications en onze points. Il y a eu des menaces de grève; il y a même eu, voici quelques semaines, une manifestation importante qui a bloqué le centre de Bruxelles et créé des embouteillages monstres dans la rue de la Loi.

On pensait que le climat allait s’améliorer lorsqu’on a appris que des rencontres étaient prévues, notamment aujourd’hui. Mais, coup de tonnerre! Ce matin, nous avons appris que les syndicats SLFP et SNPS ont décidé de quitter la table des négociations. On ajoute à cela la colère exprimée par la CGSP et par la CSC suite à l’évocation du dépôt d’une proposition de loi, que vous soutiendriez, et qui propose une augmentation des hauts salaires de la police sans se préoccuper des moyens et bas salaires ni de la négociation des fins de carrière.

On peut donc dire qu’il règne un très mauvais climat dans les services de police et que nous sommes aujourd’hui face à une situation de blocage.

Monsieur le ministre, les rencontres entre les partenaires sociaux qui étaient prévues aujourd’hui et demain sont-elles maintenues?

Avez-vous prévenu les autorités locales de la situation?

Quels sont les points qui sont à l’origine de cette situation de blocage?

Estimez-vous judicieux aujourd’hui de prévoir une augmentation des hauts salaires dans le secteur de la police?

Qu’en est-il de la négociation quant aux fins de carrière?

Quelle est votre stratégie pour rétablir la communication et relancer le dialogue entre les partenaires sociaux?

Patrick Dewael, ministre: Monsieur le président, cher collègue, la police intégrée fonctionne correctement. Hier, j’en ai encore été le témoin. Compte tenu des manifestations et des circonstances parfois difficiles, j’ai la plus grande estime pour la façon dont les forces de l’ordre ont exécuté leur mission.

Par ailleurs, un cahier de revendications a été établi en vue des négociations syndicales qui avaient lieu ce matin. Elles se poursuivront le 25 juin. Naturellement, il convient de tenir compte des restrictions budgétaires au niveau des souhaits des syndicats et de mon souhait d’améliorer le fonctionnement de la police.

En ce qui concerne la problématique des mandataires, un texte parlementaire devrait être déposé. On ne peut, en effet, pas empêcher les parlementaires de formuler des propositions de loi. Jusqu’à l’heure actuelle, aucune proposition officielle n’a été déposée.

Une sorte d’anomalie se poserait au niveau des mandataires, mais lors d’une négociation, on ne peut envisager un seul problème. Il faut oser le débat global sur le concept même de la rémunération. Voilà l’idée que j’ai lancée la semaine dernière dans la presse: après une évaluation de dix ans de police intégrée, je suggère de remplacer le système de primes que nous connaissons, soit une rémunération de base additionnée de primes qui peuvent être combinées, par un système de rémunération fonctionnel.

Le problème du manque d’agents de quartier peut aussi être résolu de cette façon. Il faut partir des fonctionnalités de base qui ont été prévues dans la loi et adapter les rémunérations.

Je crois pouvoir lancer un appel aujourd’hui pour que tout le monde réfléchisse.

Il n’y a pas de proposition isolée. Je ne sais pas ce que le Parlement proposera. Pour ma part, je négocie sur base d’un paquet et avec une certaine marge budgétaire. J’espère aboutir à un accord dans l’intérêt de toutes les parties.

Eric Thiébaut (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie.

J’espère que vous aboutirez à des résultats concrets d’ici le 28 juin. Avez-vous l’assurance que les deux autres syndicats vont se joindre aux négociations?

Patrick Dewael, ministre: Oui.

Eric Thiébaut (PS): En ce qui concerne la proposition de loi à laquelle j’ai fait référence, elle n’est pas encore déposée. Vous n’avez pas dit aujourd’hui clairement si vous comptiez la soutenir.

Patrick Dewael, ministre: J’ai dit que ce n’était pas à moi d’apprécier les initiatives parlementaires. Je crois que c’est aux parlementaires eux-mêmes de le faire.

Tout ce que je sais, c’est ce que j’ai proposé aux syndicats, au nom du gouvernement. Il ne faut pas négocier avec les syndicats sur la base d’une proposition isolée.

Eric Thiébaut (PS): Quoi qu’il en soit, je pense qu’on se reverra pour en parler après les prochaines négociations.

4 réponses
  1. MAILLE ARIANE
    MAILLE ARIANE dit :

    escusez moi d’intervenir mais je ne peux me taire quand on me parle de malaise au niveaux de la police ,moi une certaine police part des faux dire,bien sur ,c’est pas vrai va va t’on me dire ils sont assermente alors c’est nous les menteur,un jour en voulant etre honnete la police d’un endroit que je ne siterais pas parce que j’ai beaucoup de respect pour son actuel bourguemestre ,part leur mensonges on detruit notre vie ,on ne joue pas pour coince quelqu’un sur de fauses declations qui a mit en peril toute une famille la mienne,alors leur malaise,peu etre donnez plus de subside pour leur apprendre la psycologie,et on ne s’adresse pas a une victime comme ,on s’adresse a un criminels ,et assermentes ce mots vaut’il encors qu’elle que choses ,ma famille a payes trop chere,pourquoi deux pods deux mesures,fouillons c’est l vrai justice que le peuple belge veut,revolte par le systeme en tous point malaitrte malheureusement des jeunes y rentrent,y croit ,son degoutes,doivent suivrent on ne leur laisse pas le choixleur imaaaage n’est pas toujour jolie et ils ne doivent pas oublier qu’ils sont des humains avnt tous

  2. massy didier
    massy didier dit :

    BONJOUR,j’aimerais,comprendre,pourquoi,quand on fait appel a la police,il ne se dérange pas,tant qu’il ni as pas de sang,ou les agents de quartiers,sont pédant envers les citoyens,ce que je trouve,inamicible,qu’il prennent part pour une voisine qui ais dans c’est tort,tout sa,car son petit fils et policier a la boraine,je ne comprend pas du tout!!!est ce normal???

  3. Eric Thiébaut
    Eric Thiébaut dit :

    A Didier :
    Pour pouvoir tr répondre avec précision, il faudrait que je sache avec quelle Zone de Police tu as eu un problème… Dans quelle commune l’incident s’est-il produit ? Si tu souhaites la confidentialité, tu peux m’envoyer un mail à l’adresse suivante : eric.thiebaut@skynet.be

  4. max
    max dit :

    A propos de « police »,je me pose toujours la question en passant devant la gendarmerie de Boussu: pourquoi laisse-t-on ce bâtiment dans un tel état de délabrement? Alors que la R.W. fait la chasse aux logements laissés inoccupés (et je rappelle que la gendarmerie de Boussu servait de logement),n’y a-t-il vraiment aucun projet de réaffectation de ce bâtiment qui ,par ailleurs, a une valeur architecturale certaine?

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.