Suite aux terribles attentats qui ont touché la ville de Paris et la menace persistante qui pèse sur la Belgique depuis lors , la lutte contre le radicalisme est devenue une priorité absolue.

Pour moi, les attentats de Paris ont démontré, une fois encore, à quel point une collaboration forte et efficace entre tous les services de sécurité, quelque soit le niveau était nécessaire.

J’ai ainsi demandé aux Ministres de l’Intérieur et de la Justice de donner les moyens aussi au petites zones de police locale dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et le radicalisme

Que ce soit à l’échellon international pour l’échange de données, au niveau fédéral pour la surveillance des sites et des personnes soupçonnées ainsi que pour la collecte d’informations, ou encore au niveau local, chacun a un rôle primordial à jouer dans la lutte contre le terrorisme.

Président d’une zone de police frontalière et bourgmestre d’une commune avec une forte présence multiculturelle, je mesure le rôle essentiel que doivent jouer les autorités locales dans cette lutte.

J’ai dès lors demandé au Ministre de l’Intérieur s’il était aussi conscient de la situation des communes rurales dans la gestion de cette crise. S’il était aussi conscient de la nécessité de renforcer les contrôles à la frontière française . Durant des semaines, quotidiennement, sur l’autoroute, il y avait entre cinq et dix kilomètres de file avant la frontière française. S’il y avait eu plus d’hommes pour procéder aux contrôles, ceux-ci se seraient faits plus rapidement.

En matière de lutte contre le radicalisme, le gouvernement fédéral a bien annoncé des moyens supplémentaires. Le Ministre de l’Intérieur a parlé de dix grands centres urbains plus spécifiquement touchés. Mais pour moi, le radicalisme peut se développer dans toutes les communes du pays. J’ai donc souhaité attirer l’attention du ministre sur cet élément-là.

Je pense qu’il ne faut pas limiter uniquement aux centres urbains l’effort de lutte contre le radicalisme. Des communes plus petites présentent des risques aussi.

C’est pourquoi, j’ai demandé au ministre de l’Intérieur s’il comptait également apporter une aide particulière aux zones de police locale confrontées à ce phénomène. J’ai ainsi indiqué que je ne comprendrais pas que le gouvernement fédéral n’augmente pas les dotations aux zones de police dans le prochain budget fédéral.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.