La succession d’incidents enregistrée aux centrales nucléaires de Tihange (suspension de quatre employés, arrêt imprévu de Tihange 3 et arrêt automatique de Thiange 1) ont conduit le député Eric Thiébaut et ses collègues à demander au responsable des opérations nucléaires d’Electrabel une série d’explications.

«Chaque fois qu’il y a un incendie, on nous répond que tout va bien alors que moi, je voudrais savoir pourquoi ça prend aussi souvent feu», résume Eric Thiébaut ce lundi, en commission de la Chambre.

À propos de Tihange 1, le député intervient : « On nous avait dit au départ que cela allait redémarrer aujourd’hui. On nous annonce un report. Je vois sur le site de Belpex que le prix de l’électricité est presque multiplié par quatre. On passe de 50 à 190 euros par mégawatt. Y a-t-il vraiment un risque de pénurie?

Il y a, sur le net, un site de GDF Suez qui s’appelle transparency.gdfsuez.com. Sur ce site, il y a une page où on voit les future availabilities. Si je vais sur la page pour la Belgique, j’y trouve toutes les sources de production d’électricité dans un beau tableau, avec des lignes vertes et des lignes rouges. Quand c’est rouge, c’est que ce n’est pas en activité et quand c’est vert, c’est que c’est en activité ».

Ce qui interpelle Eric Thiébaut, c’est que Tihange 2 et Doel 3 sont en rouge pour l’instant et que GDF Suez annonce qu’ils deviennent verts au 1er novembre de cette année. « Je suis un peu surpris puisqu’on attend les résultats du safety case et que GDF Suez annonce sur un site public que les deux réacteurs seront en activité au 1er novembre de cette année. Je vous avoue que cela m’interpelle. Le safety case n’est pas terminé mais si j’apprends au mois de novembre que tout va bien, je serai quand même interpellé. Je souhaiterais des explications par rapport à cela ».

Electrabel tente de rassurer : « L’avertissement qu’a lancé l’Agence fédérale de contrôle nucléaire a été pris très au sérieux. Des études sont en cours pour analyser les éléments en profondeur. Et on va aller étudier tous les incidents les trois ou cinq années précédentes pour être certain. Un plan d’action, avec notamment un renforcement des formations liées à la sécurité, est en préparation et sera bientôt soumis à l’Agence ».

Mais quand les députés demandent de communiquer ce plan d’action à la sous-commission, les explications sont peu convaincantes. Pour Eric Thiébaut, tout doit être mis en oeuvre pour rétablir la confiance, ce qui n’est pas le cas pour le moment.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.