Depuis quelques années. Eric THIEBAUT milite activement pour la réouverture de la ligne ferroviaire entre Mons et Valenciennes.

C’est un dossier qui a été porté par la Task Force de Mons-Borinage, successivement auprès des Ministres Magnette et Labille.

La casquette de Député fédéral et ses contacts privilégiés avec les élus du Nord de la France et le Sous-Préfet de Valenciennes ont permis de jouer un rôle d’intermédiaire entre les 2 pays.

Les Français veulent rétablir, de Valenciennes à Quiévrain, une voie non électrifiée à 40 km/h, qui permettra le trafic uniquement fret, pouvant aller jusqu’à 16 trains par jour, dans le créneau horaire 6h – 22h.

Tractebel a réalisé une étude préliminaire financée par l’état français visant à dresser un état des lieux du potentiel fret et de ses enjeux à l’échelle Nord-Pas-de-Calais et en Belgique sur la ligne Valenciennes-Mons.

Le bureau d’études Tractebel indique que l’estimation du potentiel de la ligne a été fondé sur 20 entretiens avec industriels, chargeurs et opérateurs ferroviaires, les trafics actuels dans l’axe de la ligne et les trafics nouveaux d’ici 2015.  Il précise que deux fourchettes ont été retenues : une inférieure à 65 trains par semaine dans les 2 sens, et une supérieure à 82 trains/semaines.  En terme journalier, cela représente entre 13 et 16 trains par jour sur la ligne.

La réouverture permettra notamment la création d’une route fret ferroviaire alternative aux axes existants qui longent la frontière et le délestage de la ligne Anvers-Gand-Mouscron concernant le nœud ferroviaire de Lille.  Elle permettra également, grâce au raccourcissement du trajet, une diminution significative du coût d’exploitation pour le transport ferroviaire de marchandises.

Voici concrètement les éléments nouveaux du dossier dont Eric Thiébaut a connaissance :

– Le Ministre fédéral des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille, a officiellement marqué son accord pour la réouverture de la ligne et en a informé les autorités françaises.

– L’étude de projet et le lancement des procédures réglementaires sont prévues pour 2014.

– L’enquête publique pour la réouverture sera lancée fin 2015.

– L’étude de projet sera terminée fin.2016.

– Les travaux seront réalisés en 2017 et la ligne mise en service en 2018.

– Le budget prévu et de 13 millions d’euros côté français et de 5 millions d’euros côté belge.

La finalisation de ce projet démontre toute l’importance de l’action d’une Task Force pour Mons-Borinage.  En effet, c’est le résultat de nombreuses démarches des élus de notre arrondissement pour convaincre le Ministre fédéral responsable et Infrabel, que la réouverture de cette ligne est un élément essentiel pour le redéploiement économique de Mons-Borinage et également une source de désenclavement du trafic routier.

Cependant, il reste un problème à régler.  En effet, les 5 millions nécessaires à la réalisation des travaux côté belge doivent être pris sur l’enveloppe de 500 millions d’euros que le fédéral a octroyée à la Région wallonne pour le cofinancement de projets ferroviaires d’intérêts régionaux.

Il reste donc aux élus de notre arrondissement à convaincre le Gouvernement wallon de consacrer 1% de ce  budget disponible pour la réouverture d’une ligne internationale franco-belge.

Eric THIEBAUT sollicitera très rapidement dans ce sens tous nos parlementaires wallons et le Ministre Carlo Di Antonio.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.