C’est à une triste séance à laquelle ont assisté Eric Thiébaut et les députés socialistes de la Chambre ce mercredi 22 avril. Les députés de la majorité ( NVA, MR, VLD, CDV ) du Parlement ont en effet approuvé une loi imposant un saut d’index aux travailleurs de notre pays.

Pour les socialistes, il s’agit d’une décision injuste et qui constitue une régression sociale. A titre d’exemple, pour un salaire brut de 1500 euros par mois, c’est 360 euros par an que le travailleur perdra ! Cela représente une atteinte grave au pouvoir d’achat de nos concitoyens.

Aux côté d’Elio Di Rupo et Laurette Onkelinx, tous les députés socialistes ont voté contre cette mesure.

Pour Eric Thiébaut, le saut d’index symbolise une injustice fondamentale, un retour en arrière quant aux droits des travailleurs. Alors que le coût de la vie augmente, les salaires, pensions et allocations sont bloqués. C’est un appauvrissement et un recul social.

Laurette Onkelinx a eu les mots suivants lors des débats à la Chambre des Représentants :

«Jamais le Parti socialiste n’aurait accepté d’organiser ainsi une attaque frontale contre les droits de celles et ceux qui travaillent ou qui ont travaillé. Cela va à l’encontre de nos convictions les plus profondes.

Le PS n’est plus là, la digue a cédé. On s’attaque maintenant aux revenus des travailleurs. Ce genre de politique est inefficace et cela crée des tensions sociales économiquement lourdes à porter

C’est une rupture de confiance avec la population, les électeurs. On a entendu des grandes promesses, la main sur le cœur. Du MR, notamment : jamais on ne touchera à l’index ; La population jugera à l’avenir du poids des promesses chez les libéraux.

C’est une politique du passé. On a d’ailleurs entendu des députés en commission louer les décisions des années Martens-Gol qui ont été dévastatrices, puisque de 1981 à 1985, cela a entraîné une baisse du pouvoir d’achat des salariés de 8,5 % alors que dans le même temps, les profits des entreprises ont bondi de 4,3 %

C’est incompréhensible par rapport aux discours majoritaires : comment justifier qu’on tape sur les gens qui travaillent et plus encore sur ceux qui ont travaillé ? Quid des discours d’appui à celles et ceux qui boulottent, de soutien au courage et à la détermination de celles et ceux qui se lèvent tôt, du respect dû aux ainés ? Quid des grands discours sur la famille quand on réduit ainsi les allocations familiales ? quid des discours sur le logement ? En bloquant les revenus mais en laissant les loyers augmenter, ce gouvernement va, pour une personne isolée avec enfants qui a une rémunération annuelle nette de 1.500 euros, diminuer ses revenus de 360 euros par an et augmenter le loyer moyen de 135 euros par an sans compter le blocage des allocations familiales. C’est une situation inacceptable !»

Pour Eric Thiébaut et les députés socialistes, des solutions plus justes existent. Le PS continuera à proposer des alternatives pour faire contribuer les plus fortunés plutôt que les travailleurs et les allocataires sociaux, et à soutenir des mesures qui permettent véritablement de créer de l’emploi.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.