Le député Eric Thiébaut a interrogé la Ministre de l’Intérieur sur l’opportunité d’équiper les agents de police de caméras individuelles, intégrées dans leur équipement ou leur uniforme.

Une telle mesure ne va pas sans susciter de nombreuses questions selon le député fédéral.

Tout d’abord, des questions pratiques: un agent qui se trouve effectivement en situation de légitime défense a probablement d’autres priorités que de déclencher le fonctionnement d’une caméra. A contrario, si ces caméras devaient enregistrer en permanence, se poserait la question du respect de la vie privée.

Des questions d’efficacité, également: le déclenchement d’une caméra dans un contexte difficile aurait pour principal effet d’accroître encore une tension qui pourrait dégénérer en violence.

Des questions de priorités budgétaires, enfin: un investissement de l’ordre de deux millions d’euros dans un tel équipement serait nécessaire alors que, dans certaines zones de police, les agents n’ont pas la possibilité de suivre les formations aux techniques et tactiques d’intervention.

Dans sa réponse, la Ministre de l’Intérieur indique qu’elle n’est pas opposée à un usage précis et encadré des body cameras. Qu’il faut pouvoir prévoir dans quelles circonstances elles peuvent être utilisées.

Elle souligne qu’il s’agit d’une mesure préventive en matière d’utilisation de la force. Que cela permet aussi de pouvoir dire la vérité de manière claire et objective au moment d’une plainte. Et in fine, cela peut servir tant le citoyen que le policier, parce que cela révèle l’objectivité des faits. C’est un élément de modération.

Selon la Ministre, ce système présente beaucoup d’avantages, pour peu que l’encadrement soit bien mesuré. Il faut qu’il y ait des mesures claires, qu’on puisse l’annoncer, que ce soit décidé au niveau des autorités politiques, au niveau communal ou une autorisation du ministre de l’Intérieur quand il s’agit de la police fédérale.

Pour le député Eric Thiébaut, l’idée pourrait s’avérer judicieuse uniquement si ce système fait l’objet d’un encadrement pour des événements spécifiques. Autrement, ces caméras individuelles risqueraient de se transformer en fausse bonne idée car elles seraient de nature à accroître les tensions entre les agents de police et les usagers de l’espace public

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.