Le député Eric Thiébaut a suivi de près l’élaboration de la loi, votée au printemps dernier à la Chambre des Représentants, qui autorise « l’arrondi des prix à la hausse ou à la baisse» et qui vise à permettre aux consommateurs de ne plus utiliser les pièces de 1 et 2 cents.

Dans son interpellation, le parlementaire avait tenu à soulevé plusieurs questions, notamment le fait que tout puisse être mis en oeuvre pour éviter une hausse systématique des prix.

C’est le 31 mars 2014 que le gouvernement fédéral a finalement autorisé l’arrondi aléatoire et symétrique à la caisse. Mais avec deux restrictions importantes :

  • l’arrondi ne peut se faire que pour les paiements en espèces;les paiements par carte bancaire doivent continuer à s’effectuer au centime près.

  • les pharmaciens ne sont pas autorisés à arrondir les prix sur les médicaments, mais ils peuvent le faire sur les produits de beauté, les vitamines, etc

Pour Eric Thiébaut, il s’agit là de deux conditions qui répondent, en partie, aux préoccupations qu’il avait alors exprimées avec ses collègues du groupe socialiste.

Pour rappel, le principe de l’arrondi veut que le montant total des achats (donc, pas chaque produit séparément) soit arrondi, à la hausse ou à la baisse, aux 5 cents les plus proches. Par exemple, une note de 20,49 € sera arrondie à 20,50 € (à la hausse) mais une note de 20,42 € sera arrondie à 20,40 € (à la baisse).

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.