Buizingen, un an plus tard

Comme d’autres élus de la Région de Mons Borinage, j’ai été particulièrement touché par le drame de Buizingen.

En tant qu’élu local, je connais beaucoup de proches des victimes.  Je sais combien leur souffrance, leur tristesse et parfois leur colère sont grandes. Et en tant que parlementaire, membre de la commission spéciale sur la sécurité du rail en Belgique, je sais que le travail réalisé par cette commission n’apportera peut-être pas un réconfort immédiat à celles et ceux qui ont été directement touchés par la catastrophe de Buizingen.  Notre commission n’avait pas à se substituer à la justice, même si cela peut être difficile à accepter.

Cependant, le travail qui a été réalisé doit servir et servira à éviter au maximum qu’un drame tel que celui de Buizingen n’arrive plus sur notre réseau.

Face à la dignité des familles et des proches des victimes, j’estime que nous, parlementaires, devions répondre par la dignité de notre travail : le rapport proposé est le fruit d’un travail de fond, sans partis pris ni idéologie politique et ses recommandations amélioreront la sécurité de notre réseau ferroviaire.

Parmi ces recommandations, trois m’apparaissent particulièrement fondamentales :

1) L’exigence d’un calendrier précis pour la généralisation du système de sécurité européen sur l’ensemble du réseau ferroviaire belge. Les parlementaires contrôleront la mise en place effective de ce plan d’installation. Nous veillerons à ce que le retard pris par notre pays soit bien rattrapé.

2) Le rôle d’un « Monsieur sécurité » qui analyse et coordonne tout ce qui concerne la sécurité du rail en Belgique. Et qui disposera d’un pouvoir de sanction. Ce rôle sera tenu par la Safety Platform , un organisme public dont le statut et les compétences seront renforcés.

3) La création d’un « baromètre de l’emploi » au sein du Groupe SNCB. Il permettra d’éviter à l’avenir les problèmes de recrutement et les pénuries de certains métiers indispensables à l’installation des systèmes de sécurité (ingénieur et électromécaniciens).

Comme tous mes collègues de la commission, je mettrai tout en œuvre pour que l’on se souvienne des victimes de Buizingen en veillant à ce que notre rapport soit suivi d’effets.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.